Eva Joly vacille, les cons plastronnent

“Se révolter, c’est courir à sa perte, car la révolte, si elle se réalise en groupe, retrouve aussitôt une échelle hiérarchique de soumission à l’intérieur du groupe, et la révolte, seule, aboutit rapidement à la soumission du révolté… Il ne reste plus que la fuite.” H. Laborit dans “L’Éloge de la fuite”

On a instillé le poison, celui de la dissension au sein de la gauche. Un poison qui mène à la défaite électorale dit-on. E. Joly créditée d’un pouième de pourcentage à l’élection présidentielle vacille. Sous les coups de la droite, ceux de la gauche (en particulier du PS), et enfin de son propre camp. Pas d’accord sur ligne politique avec la candidate. Ce que l’on appelle ligne politique dans le spectacle public consiste à minutieusement chorégraphier son aptitude à ramper face au Parti Socialiste. À définir par de petits arrangements, non-dits, dans un symbolisme occulte, la manière dont va se nouer, au final, le rapport de domination entre le Tout-Puissant parti de centre gauche, et le croupion écologiste.

Christopher Dombres

Si l’on s’en tient à une logique typiquement électoraliste, E. Joly a tort. Elle est même hors compétition depuis le début. Une logique qui consiste à exister par l’entremise du meilleur score à l’élection présidentielle le nez plongé dans le tréfonds de ce qu’attendent les Français à la lumière des experts, sondeurs et saltimbanques de plateaux TV issus de think tanks (de droite). Or si un candidat écologiste, y compris un N. Hulot que l’on regrette presque aujourd’hui, avait une moindre chance d’être présidentiable, dans ce moment électoral, cela serait une révolution. En d’autres termes, l’intérêt d’un parti écologiste ne relève pas du témoignage type Grenelle de N. Kosciuzko-Morizet, ou des bonnes résolutions “de brosses à dents”. La richesse d’un mouvement envirronemental tient à sa capacité à aborder des sujets agaçants.

Au-delà de la cuisine électorale, E. Joly révèle la politique hexagonale. Elle dévoile même la capacité du système médiatique à faire entrer tout candidat dans le standard de l’élection présidentielle. Une sorte de prototype. Un modèle de droite, franchouillard, de quinqua, ayant on le subodore, un destin. E. Joly n’a pas ce destin. Elle ne correspond à aucun des critères. Lorsqu’elle s’oppose à l’affligeante procession militaire de la fête nationale elle réveille les instincts cocardiers, et focalise haine, railleries, xénophobie. Elle ne correspond d’ailleurs à aucun critère de candidats secondaires, gigotant par principe, mais conscients de leur insignifiance face aux grandes forces qui structurent la vie politique française.

Dont l’une est mise en lumière au cours cette séquence, le nucléaire. Il aura fallu que les écologistes et le PS discutent de la question pour que tout le monde s’en mêle. Dans un mimétisme ahurissant, de droite et de gauche, récitant les fiches argumentaires de la communication d’AREVA sur le prix de l’électricité, les emplois, l’indépendance. Un tissu de balivernes repris, bizarrement tels quels, par la majeure partie des journalistes. Mais surtout ne suscitant réellement aucun débat de fond. On aura compris alors qu’au-delà du clivage politique, la question du nucléaire est un consensus. Et doit le rester.

E. Joly est entrée en collision avec le consensus. Un habitus national indisposé. Ulcéré par tout ce qu’elle est en termes de probité face aux petits arrangements coutumiers. Bouleversant les vérités de l’élection présidentielle, orgie démocratique.

Une orgie démocratique de débats cloisonnés, proprets entre permanents du cercle de la raison, où E. Joly n’a manifestement pas sa place. Elle a déjà fui.

Comme le voilier de H. Laborit face aux vents contraires, préférant prendre le large, pour explorer de nouveaux horizons. Loin de la tempête médiatique orchestrée par une cohorte mimétique, suiviste et sclérosée.

Vogelsong – 23 novembre 2011 – Paris

Advertisements

58 réflexions sur “Eva Joly vacille, les cons plastronnent

  1. D’une manière générale, Eva Joly est la candidate du capitalisme repeint en vert. Si elle ne le savait pas encore, c’est bien dommage. Le PS est un obstacle à la refondation de la gauche, EEV aussi.

    J'aime

  2. @romain : parceque Hollande l’a cette intelligence ? Si ramper devant le ps (comme devant qui que ce soit d’autre d ‘ailleurs, à moins de nier aux partis autres que le ps d’exister) en est une preuve, alors je suis un peu attardé, moi… On nous a fait le coup du vote utile par l’attrappe nigaud de l’efficacité électorale… Hors, Hollande ne joue pas le jeu du rassemblement, mais du c’est moi le plus fort, et les autres sont des cons, il est bien mal entouré (ainsi Mosco en directeur de campagne, lui qui heir encore louait les vertus de DSK, cet anti-gauchiste…ou Valls, chef de com, lui si peur eprésentatif de la gauche…). Alors que chaque parti a légitimité à exister et à exprimer ses désaccords. Mais chaque fois qu’on le fait, on nous répond qu’on ferait le jeu de sarko et du FN… Faut pas pousser. En outre, qui a parlé de khmers verts sans jamais être repris par qui que ce soit ? Ce n’est pas Joly, joly, ça, comme exemple de respect. Comme je le disais dans mon billet sur le sujet, le respect c’est mutuel. En disant cela, Romain, tu vas trop loin. Faut quand même pas pousser ce n’est pas une idiote et elle a de plus quelquechose que Hollande n’a pas : la capacité de dire non, et de ne pas aller jusqu’à maigrir pour rentrer dans le moule…Trembler devant Areva et son ignoble chantage à l’emploi (alors qu’il est probable qu’ils avaient déja un plan de réduction des effectifs, et qu’ils ne feront qu’utiliser le prétexte du nouveau contexte politique pour le faire, comble du cynisme), ce n’est pas non plus une preuve d’intelligence. Et quand je dis ça, je ne vire pas de bord : je suis au FdeG, pas chez EELV. Simplement, question de justice et de justesse… Yen a marre de ces procès permanents dès qu’on est pas d’accord avec vous, de nous rabaisser, de nous traiter de crypto-communistes et de trotskystes attardés, que ce soit au FdeG ou chez les verts… Copé l’a fait hier, mais lui il est de droite, hein ! Alors, posez vous les bonnes questions : comment intégrer Eva Joly et Jean Luc Mélenchon, et non comment les désintégrer. Et pour cela, il faut un accord programmatique commun, sinon chacun va se tirer dans les pattes… Et je ne suis pas certain qu’Hollande, sur ce coup là, soit à la hauteur… Les couacs commencent à se multiplier un peu trop dangereusement pour toute la gauche, et ce n’est aps pour le coup la faute à Joly… l’quipe Hollandaise multiplie les erreurs, et en refusant de débattre de certains sujets, voilà le spectacle que ça donne…. Lamentable.

    J'aime

    • Merci gauchedecombat .Eva Joly est nulle, archi-nulle, et ferait mieux de retourner immédiatement en Norvège, réfléchir sur l’avenir des défilés militaires dans un cadre éthique. Mais quels sont les éléments à charge, exactement ? Elle a refusé, excusez-la, de dire explicitement qu’elle appellerait à voter Hollande au second tour, tout en appelant à voter contre Sarkozy. On eût pu estimer que cette position était claire ou, disons, raisonnablement claire, la plus claire qu’elle puisse tenir dans sa situation. Je n’ai pas le souvenir d’un candidat qui, six mois avant une élection, accepte de se placer explicitement dans l’hypothèse où il serait battu. On fait semblant d’y croire. On joue avec le questionneur. On répond sans répondre, quelque chose comme: « bien évidemment, M. Aphatie, chacun votera pour le candidat le mieux placé ». Personne n’est dupe, mais c’est la règle du jeu. C’est d’ailleurs ainsi que l’ont compris, dans un premier temps, mes très estimables confrères d’un site aussi peu suspect de jolysme que Le Figaro, puisqu’ils titrent d’abord ainsi la dépêche AFP: « Eva Joly ne se trompe pas d’ennemi ».A la vérité, le vrai crime de Joly n’est peut-être pas là. Aux yeux des socialistes, c’est d’avoir déclaré, la veille, que les socialistes étaient « du bois dont on fait les marionnettes » (pour avoir prêté une oreille trop complaisante aux demandes d’AREVA). Aux yeux des Verts, c’est de risquer de faire capoter un accord électoral qui leur promet un nombre appréciable de circonscriptions. Aux yeux des journalistes politiques, d’être une mauvaise cliente, qui lit ses notes, est affublée d’un accent impossible, et ne répond pas aux questions. Encore que ces derniers points se discutent. Mauvaise cliente ? Le feuilleton de la mise à mort de Joly peut tout de même fournir un complément appréciable au feuilleton DSK, ou à celui de l’éternel retour de Sarkozy. Tout ceci militant pour une mise à mort, certes, mais pas trop rapide.( extrait d’Arrêt sur image, Daniel Schneidermann.)

      J'aime

    • Tout à fait d’accord. Je trouve même étrange que les partis dézinguent des candidats élus par les militants! Pourquoi tirer dans sa propre jambe au PS (comme ils avaient fait avec Ségolène – quoiqu’on pense d’elle) et des verts (qui n’ont jamais su s’entendre).
      Donc d’un côté il n’y a pas scoop quant aux dissensions par contre ne seraient-il pas les médias qui a force de ne pas chercher l’info de fond, tombe forcément dans le populisme. Les liens entre le nucléaire et le PS ne sont pas que de chantage. Sinon des experts du PS nous dirait d’ores et déjà que la France ne sait pas même démanteler une centrale nucléaire, que les centrales nucléaires perdent les dossiers médicaux de leurs employés. (http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2302 ) Avec une matière aussi dangereuse, le minimum requis à exiger n’est-il pas l’honnêteté et des comptes à rendre ? … exigences pour nos politiques aussi.

      Mais Eva Joly n’a en effet pas ce qu’il faut pour la campagne : elle a une formation de juge et non pas d’avocat… C’est une femme, et en plus, elle est d’origine étrangère avec un un accent stigmatisant. Alors dans un contexte de France sous sarkozie ça dérange….

      J'aime

      • C’est pourtant assez simple la différence entre la droite et la gauche en général.

        A droite, c’est chef oui chef, Roi mon beau Roi (avec un R majuscule s’il vous plaît).
        A gauche, c’est je suis un être humain qui ai le droit et le devoir de donner mon avis en fonction de mes connaissances et des mes aspirations.

        Cela crée forcément des distensions. Ça n’est pas les partis de gauche qu’il faut blâmer, c’est le fonctionnement de la démocratie de nos jours qui ne permet en rien de représenter les opinions et désirs de la population. La faiblesse de la démocratie représentative telle qu’elle est en France c’est qu’elle fait forcément le jeu de l’oligarchie et ne peut en aucune cas faire le jeu de la nation (dans le sens général de ses habitants).

        J'aime

  3. Bravo pour ce billet, je commençais à me sentir accablé, par la morgue et le suivisme des médias, de la classe politique en général.

    @Romain »Et si elle n’était tout simplement pas au niveau « : c’est quoi ça? La façon bobo de dire « c’est peut-être juste une grosse conne? ». On ne vous entend pas beaucoup faire ce genre de remarque quand les pignolos de service (Hollande, Copé, Bayrou), dont le niveau de compétence frise le zéro criminel, répandent (quotidiennement) leurs imbécillités dans les médias.

    Mais pour Eva Joly, pif, là de suite, ce serait « pas au bon niveau d’intelligence » quoi. Pour qu’elle satisfasse vos exigences de respectabilité politique, faudrait quoi? Qu’elle se fasse pousser une bonne grosse paire de couilles velues? Qu’elle reste dans les limites de ce que l’habitus social des médias et de la classe politique sont capables d’accepter (je vous rassure, c’est très limité: on ne parle pas du nucléaire, on ne parle pas de changer les habitudes, on ne parle pas de changer de système économique, même à toutes petites touches) ? Qu’elle aille faire le clown chez Ruquiet?

    On attends vos conseils avisés d’expert en niveau requis.

    J'aime

  4. Au début y’a plein de candidats, mais en fait, le but, c’est qu’il n’y en ait que deux à la fin, représentant toujours les deux mêmes partis. Bon. Les candidats du début, se faisant jeter avant le second tour, sont censés refiler leurs électeurs à l’un des deux finalistes.
    Celui qui gagnera, ne tiendra aucune des « promesses » et « engagements » pris lors de la campagne, et a fortiori s’essuiera les fesses avec les engagements pris envers ceux qui lui ont refilé les voix de leurs électeurs entre les deux tours.
    Pas grave, en fait, compte tenu du fait que les deux finalistes ont le même « programme », ensemble d’engagements pris en réaction aux reportages de TF1 entre octobre 2011 et avril 2012.

    On peut discuter des heures, mais à la fin, voila le scénario. Bon. Du coup, l’avenir d’Eva Joly, hein…
    Quant à la gauche, cette année, y’en aura pas, en fait! Ou très peu!
    Le FN et l’UMP se dispute l’extrême droite. l’UMP et les centristes se disputent la droite. Les centristes et les socialistes se disputent le centre, bien que les socialistes se dispersent en tentant aussi de disputer la droite aux deux autres. Les verts se disputent entre eux pour savoir s’ils sont de droite ou de gauche. Restent les communistes…

    J'aime

  5. Il est regrettable de trouver analyse aussi juste …
    Mme Joly assume sa position et ses idées , elle se heurte à ce grand cirque politique et les postures des candidats bien marketés … elle n ‘ a pas besoin d ‘ ennemis : elle a ses amis qui font très bien le boulot de sape …… !
    Ce qui explique sa disparition momentanée des écrans , c ‘ est dur de se faire trahir de cette manière par son propre parti .
    Ce qui est rassurant d ‘ un certain coté c ‘ est la position de Mélenchon qui vient de donner son avis sur le programme de la candidate ; c ‘ est un bon programme qui pourrait inverser , me semble-t-il , le sens de l ‘ action politique et la finalité des choses ( feraient-ils un bon couple ?? )
    Croire en l ‘ avenir c ‘ est aussi essayer de bousculer notre modèle actuel pour nous faire prendre conscience qu ‘ un autre modèle de société est possible : Mme Joly prend le risque de proposer une nouvelle cinématique qui chamboule tout le paysage de la vie politique française .
    Son courage se heurte donc aux grandes et petites lâchetés et reniements de notre caste dirigeante .

    J'aime

  6. Par sa pugnacité et son refus de la langue de bois, Joly tranche par rapport à l’ensemble de la classe politique et c’est un gigantesque courant d’air frais dans ce cloaque d’arrivistes et d’opportunistes ( y compris chez eelv soi-même). Je suis désormais à l’affût du moindre débat entre Joly et les tenants de l’ancien monde politique. Je crois que nous allons enfin avoir de grands moments de vérité et de démocratie. Il est vraiment temps de se rendre compte que la société politique Française, avec ses réseaux, ses cercles, ses cénacles occultes, ses leviers entre public et privé, est une machine à corrompre qui pourrit la grande majorité des élus du peuple. C’est d’autant plus prégnant aujourd’hui, où la finance et les transnationales influent sans complexe sur tous les politiques et tous les gouvernements.

    J'aime

  7. @Romain
    « Pas au niveau » dites-vous ?
    C’est quoi, le niveau ?
    Celui d’un Hollande qui se couche devant Proglio ?
    C’est plutôt bas comme niveau !
    Ayez le courage de penser ailleurs qu’au ras des pâquerettes !
    C’est comme ça que le bétail est conduit vers son enclos, puis vers l’abattoir.

    Eva Joly est un ovni dans la classe « politique » actuelle.
    Celle-ci se vautre dans la soumission et la compromission et ne sait gérer que ses avantages personnels (EELV compris).
    Si Eva Joly se dissout dans ce marais, elle me décevra.
    Au contraire elle met en lumière la médiocrité de la plupart de ses concurrents.
    Si au moins ça pouvait nous réveiller !

    J'aime

  8. Un débat de fond sur le nucléaire ? Mais comment peut-on débattre quand, pour l’un des camps, la sortie du nucléaire est, je cite, « une question de principe »? Comment débattre écologie avec un parti écologique qui a décidé, par principe, que le réchauffement climatique ne valait pas qu’on fasse campagne contrairement à une technologie nucléaire actuelle condamnée à l’échéance d’un siècle ? Comment débattre énergie avec des gens qui n’ont pas l’air de réaliser les contraintes énergétiques pesant sur notre société de blogueurs (écolos chez eux, moins avec les serveurs diffusant leur brillante pensée), et qu’il ne va pas suffir de mettre des panneaux solaires qu’on ne sait pas produire chez nous sur tous les toits de Paris pour subvenir aux besoins énergétiques de la capitale ?

    Pendant que les écologistes sont obsédés par le nucléaire, la recherche avance. La feuille artificielle est sortie dans Science à peu près au moment de ces débats :
    http://www.sciencemag.org/content/early/2011/09/28/science.1209816.abstract

    Vous avez entendu un de nos pseudo écologistes en parler dans les media ? S’enthousiasmer pour le projet, souhaiter que la même chose ait lieu en France, inciter à la création d’un Comité à l’Energie Solaire ? Pourtant il y a tout pour plaire là -dedans : du solaire, de l’écologie, une vision pour fournir de l’énergie au Tiers Monde à très bas coût. Bref, une pensée tout ce qui est absent d’EELV et de notre gauche française repliée sur elle-même et très forte pour chouiner.

    J'aime

  9. @Tom Roud: vous êtes complètement HS. Le billet traite justement de la possibilité ou non pour une candidate de parler autrement de sujets graves pendant la campagne, qui lui est déniée par les médias et même par une partie de son propre camp.

    Vous, vous vous lancez dans une diatribe sur la validité des arguments politiques d’EELV. Quel est le rapport?

    En bonus, il est assez drolatique de vous voir expulser d’une pitchenette la problématique du nucléaire (sous prétexte que dans 100 ans c’est fini!! Vous êtes énorme^^. On peut en faire des cochonneries en 100 ans, et vous pensez aux merdes qu’on laisse aux générations futures? Fukushima, ca vous dit quelque chose, ou vous vivez dans votre bunker bobo?) alors que même les anti-écolo primaires, même la droite allemande (!!) sont d’accord sur le fait qu’il faut sérieusement repenser notre gestion énergétique.

    On peut reprocher beaucoup de choses à EELV, mais le fait qu’ils souhaitent qu’UNE PARTIE du débat porte sur le nucléaire, c’est fort de café.

    Je vous invite d’ailleurs vivement à vous lancer dans une carrière d’intérimaire travaillant dans les centrales françaises, à vous faire copieusement irradié, et ensuite vous reviendrez donner des leçons de choses aux gens.

    En même temps, c’est vrai que les cancers des intérimaires, vous vous en branlez, c’est tellement has been, hein.

    J'aime

  10. Mouais, désolé mais vous ne m’enlèverez pas de l’idée qu’il y a une autre femme autrement plus pertinente sur bien des thèmes: Corinne Lepage. Elle parle autrement de sujets grave sans s’y prendre comme un manche…

    C’est tout le problème d’inculturation à la thématique écologique. Eva Joly a beau avoir de grandes capacité de travail, il y a certains thèmes, certaines problématiques qu’elle ne maîtrise pas de l’intérieur et ça se voit comme le nez au milieu de la figure !

    J'aime

    • Oui, c’est vrai mais cette dame-là a un besion irrépressible de se raccrocher à des groupes intégrés au système. Elle est donc sous les mêmes contraintes d’Eva tout en s’en défendant d’autres manières tout aussi illusoires.

      J'aime

  11. Si je puis permettre, j’ajouterai qu’Eva Joly pouvait avoir raison de ne pas tout de suite adhérer à l’idée que ce soit forcément Hollande qui soit présent au second tour. On n’en est pas là. Est-ce que quelqu’un a demandé à Hollande de se soumettre à Joly et de dire qu’il appellerait à voter pour elle si elle était la mieux placée face au candidat de droite après le premier tour ? Il y a 6 mois, beaucoup donnaient DSK président, avant l’ouverture des scrutins. Qui dit que demain, dans 6 mois, Eva Joly n’aura pas pris la place d’Hollande, ou celle de Sarkozy, ou celle du candidat de droite qui se présentera et représentera l’UMP ?

    J'aime

  12. @Sylloge : parler des sujets graves pendant la campagne ? On ne parle que du nucléaire, alors que le réchauffement climatique, la fin du pétrole, etc… sont autrement plus inquiétants au niveau global.

     » Fukushima, ca vous dit quelque chose, ou vous vivez dans votre bunker bobo? »

    Vous en savez quoi d’où je vis et de ce que je fais ?

    Celui qui le mieux parlé de Fukushima, c’ est David Madore.

    http://www.madore.org/%7Edavid/weblog/2011-06.html#d.2011-06-06.1895

     » Vous, vous vous lancez dans une diatribe sur la validité des arguments politiques d’EELV. Quel est le rapport? »

    C’ est simple : c’est difficile pour moi de rejoindre l’opinion qu’il faut défendre le soldat Joly quand son ambition de la discussion énergétique, problème majeur du siècle, se réduit à « nucléaire ou pas », et qu’ en plus le présupposé du débat souhaité est « le nucléaire est mal par principe ». Ça me rappelle à dire vrai la stratégie de l’UMP sur l’identité nationale en tous points, y compris dans sa volonté de remobiliser son électorat. Sans nier que le nucléaire peut poser des problèmes, pas simples à résoudre, l’enjeu énergétique et politique est d’ une autre dimension quand il faudra doubler la conso énergétique mondiale d’ici 2050 (juste parce que la pop. mondiale augmente et se développe au Sud) sans augmenter la consommation de CO2 alors qu’on va manquer de pétrole. La réalité, c’ est que le bunker bobo en l’occurrence, ce sont les sociétés occidentales aveugles à ce qui se passe au Sud par peur du nucléaire et se la jouent malthusiens énergétiques sur le web.

    Dans ce genre de débat, je cite toujours les travaux Nocera comme plus haut : on pourrait penser que cela devrait faire réfléchir et réagir, saisir la big picture, mais non, c’est comme si je ne disais rien, comme si je n’essayais pas d’apporter de l’eau au moulin de l’énergie solaire. Je me fais systématiquement traiter de bozo le clown drogué au MOX parce que je refuse de considérer le nucléaire comme la nouvelle incarnation de la magie noire hitlerienne et Fukushima pour ce qu’ il est, i.e. une catastrophe écologique, certes, mais dont il me semble qu’on peut légitimement s’interroger si elle est pire que les horreurs de Bophal (de l’ordre de 8000 morts, et la chimie est autant inductrice de malformations congénitales que le nuke, on le sait d’autant mieux qu’il y a plus d’enfants avec des défauts congénitaux dans nos sociétés du fait de la chimie que du fait du nuke) ou d’autres catastrophes chimiques du même ordre. Pourtant, les dégats de l’industrie chimique sont des mauvais arguments électoraux. On se demande qui vit dans un bunker bobo.

    Ce qui me scie totalement, c’ est l’aveuglement d’une génération technoscientifique qui pense que l’énergie tombe naturellement du ciel, que le nucléaire est synonyme de magie noire infectant le monde comme un cancer, que la chimie des panneaux solaires est peu chère, propre, qu’on va pouvoir multiplier par 400 en quelques années les surfaces recouvertes en France par volonté du saint esprit, et que si on met un champ d’éoliennes au large de l’Atlantique et des voitures électriques, qu’on aura gratuitement bien sûr, tout sera réglé naturellement. Il y a une raison pour laquelle nos sociétés sont droguées au pétrole et au nuke : la quantité d’énergie produite par unité de masse de combustible est colossaleé. 1kg de pétrole, c’ est énergétiquement environ 10 000 fois plus énergétique qu’un litre de flotte stocké dans un barrage et environ 1000 fois plus qu’une masse équivalente de batterie de voiture électrique. Débattre de l’énergie sans comprendre les enjeux scientifiques et techniques derrière ces chiffres, c’est insulter l’avenir. Les écolos devraient être les premiers à le comprendre, manifestement la priorité est de gagner des députés (tout en tirant sur le PS pour mieux s’en démarquer, joli remake du dilemme du prisonnier).

    J'aime

    • Vous vous focalisez sur le solaire et l’éolien, qui effectivement ne produisent pas 24/24 et sont coûteux. Vous oubliez donc les principales sources d’énergie renouvelable indéfinie que nous avons en France: les gigantesques nappes chaudes, notamment celles du Bassin Aquitain, des Alpes, du Massif Central, et surtout celle du Bassin Parisien qui pourrait en hiver chauffer 30 millions d’habitants, avec des forages désormais triviaux à réaliser. Vous oubliez également la gigantesque énergie des courants marins sur nos très nombreuses côtes. Des pays comme l’Irlande ou la Norvège sont équipés en hydrauliennes depuis de nombreuses années. En France, nous avons accumulé un immense retard dans le renouvelable, et lorsque le dernier gramme d’uranium sera extrait dans 50 ans ( si nous conservons le contrôle sur le gouvernement du Niger jusque là…), nous devrons mendier l’électricité aux autres pays européens. Le nucléaire est une énergie du passé: non renouvelable, coûteuse ( si on prends en compte le démantèlement et la gestion des déchets, génératrice de corruption et de toute façon dangereuse pour des milliers d’années.

      J'aime

      • Allez-y, sortez vos estimations sur les sources d’énergie « énormes ». Combien de GW accessibles, exploitables ? Comparez avec le nucléaire et le pétrole aussi. D’autres l’ont fait au niveau mondial :
        http://tomroud.cafe-sciences.org/2011/04/11/tina-energetique/
        Le souci, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de remplacer le chauffage central des 30 millions de foyers : il faut en même temps sortir du pétrole sans émission de CO2. Le nucléaire n’est pas la seule énergie du passé : toutes le sont, mais si on sort du nucléaire demain, d’un pur point de vue économique, on va se focaliser immédiatement sur le charbon à la place, ce qui est une catastrophe climatique. Enfin, la techno renouvelable n’est pas prête, il faut investir dans la recherche sur le sujet, qui le dit en France aujourd’hui ?
        [et puis entre parenthèses, les forages « triviaux », je demande à voir, les expériences récentes de forages profonds montrent qu’on peut avoir quelques soucis, cf cette ville de Thailande où la boue monte de X centimètres par an depuis qu’on a essayé de faire un forage profond]

        J'aime

        • Vous oubliez, ou ne voulez pas admettre, que nous pourrions avoir une vie aussi bien en consommant 4 fois moins !
          Il est tout à fait possible de couper immédiatement la moitié des centrales nucléaires. Passé quelques mois de délestages obligées les gens s’adapteraient vites (les maires commenceraient par couper les éclairages publics inutiles (quasiment tous), des consignes d’économies seraient donnés dans les bureaux, etc… et ça roule !

          J'aime

  13. C’est bien mystérieux, tout ça: le PS se couche devant AREVA, EELV vend son opposition au nucléaire et autres valeurs pour un plat de lentilles électorales, et c’est sur Eva Joly qu’on tombe… Décidément, dans ces présidentielles, il y a incompatibilité totale entre rigueur, honnêteté, courage… et capacité à séduire le chaland qui vote.

    J'aime

  14. Pingback: le Figaro, prada de la droite réac « les échos de la gauchosphère

  15. Article et commentaires fort pertinents… mais ne nous prenons pas trop le chou, puisque voter pour l’un ou l’autre de ces guignols c’est pas ça qui changera la face du Monde

    J'aime

    • Erreur mon pote! Tous les jours, l’actu mondiale nous montre qu’un changement de civilisation est en train de s’opérer et qui en France est la mieux placée pour accompagner cette nouvelle donne planétaire : Eva Joly! Car la seule aujourd’hui qui semble assez droite dans ses bottes pour dire non aux différents lobbys qui gangrènent la gauche et la droite française. La guerre contre les lobbys financiers ne fait que commencer et en tant que juge qui a déjà défait Elf (le poids lourd de la Françafrique), c’est elle la mieux armée pour mener ce combat. La presse, aux ordres de la finance, le sait et c’est pour ça qu’elle va tout faire pour la démonter….

      J'aime

  16. tout à fait d’accord avec Dharma , vieux-tetard et peut-être d’autres ….sur Eva Joly
    Pour le reste , …
    Electricité pas chère ? Faudrait savoir ce qui est réellement intégré dans la note .
    Dans quel budget va entrer le cout de la catastrophe de Fukushima et comment va t-il être amorti ? si c’est avec la facture d’électricité , les japonais vont préférer s’éclairer à la bougie et mettre des pulls au lieu d’allumer la chaudière. Il n’auront peut-être même pas le choix.
    Moi je souhaiterais un grand référendum sur le nucléaire et que les gens qui votent pour, se désignent en même temps comme volontaires pour aller nettoyer les réacteurs après leurs explosions.

    J'aime

  17. @Tom: votre raisonnement est très inquiétant, car il repose sur une série de syllogismes en embuscades derrière une prétendue expertise.

    Vous prétendez en effet relativiser Fukushima par Bopal. C’est inoui! Relativisez la peste par le choléra. Personne ne dit qu’il n’y a pas « aussi pire » que Fukushima: mais ca avance à quoi ce genre de classements débiles? A rien. Ca ne fait pas avancer la discussion d’un poil.

    Vous imaginez vous l’indignité qu’il y a à aller dire aux japonais irradiés, dont les vies ont été détruites, dont la terre est polluée pour plusieurs décénnies, que « attendez les mecs, Bopal c’est pire ». Super génial le raisonnement!

    Ensuite vous nous ressortez les vieilles lanternes sur l’impossibilité de substituer quoi que ce soit à quoi que ce soit, alors que le problème n’est pas là. le problème c’est le changement de société et de mode de vie, vers la REDUCTION de la consommation énergétique, à tout les niveaux (stop aux gaspillages, isolation, sobriété énergétique), c’est là que se feront les vrais changements.

    A aucun moment, vous ne parlez de la simple insoutenabilité, avec les technos actuelles des consommations énergétiques actuelles et cela va frapper durement les pays en voie de développement, à qui on ne peut dénier une légitime aspiration à une qualité de vie « normale ».

    L’aveuglement technolâtre est donc dans votre camp, car tout le nucléaire du monde, tout les supers projets qui sont censés dormir dans les tiroirs ne serviront absolument à rien, si nous continuons à consommer comme nous le faisons. Il y a donc tout un mode de vie à changer. nous devrons certainement aller vers la fin de la voiture individuelle, la réduction des consommations électriques « de luxe », un effort majeur sur l’isolation des constructions, etc etc..

    Puisque vous vous faites fort de nous balancer des liens « avec une super solution magique », je me permet de faire de même: consultez donc le projet négawatt, vous verrez qu’on peut maîtriser parfaitement les chiffres et le sujet de la crise énergétique en général, et penser légitimement que le nucléaire est un objet de débat politique légitime (A COTE et non pas A LA PLACE des autres sujets critiques, comme l’extinction des espèces, la pollution chimique diffuse généralisée, le réchauffement climatique…).

    Vous vous ridiculez en tentant de nous faire avaler que ceux qui mettent en question le nucléaire sont des espèces de chamans sectaires illuminés et incompétents. C’est une méthode de débat que Hollande et consort ne renieraient pas, les anathèmes crétins, la croyance que l’autre est forcément ignare et inconscient…Mais bien sur, si on est contre le nucléaire, on croit à la magie noire nucléaire, ouhlala, vla l’argument. Mais bien sur, si on demande plus d’énergies renouvelables, on croit forcément que ca va tout résoudre magiquement.

    En fait, vous êtes très forts pour simplifier à outrance les arguments de ceux avec qui vous n’êtes pas d’accords, pour faire semblant de ne pas les comprendre, mais cela cache mal le vide sidéral de votre argumentation, l’absence d’intérêt pour un panel de solutions complémentaires.

    C’est juste, extrêmement sectaire, ce qui est d’une ironie consternante.

    J'aime

    • « Personne ne dit qu’il n’y a pas « aussi pire » que Fukushima: mais ca avance à quoi ce genre de classements débiles? »

      C’est moi qui classe Fukushima comme l’alpha et l’omega de la politique écologique ? Vous avez totalement raison : ça n’avance à rien les classements débiles, c’ est bien pour ça qu’il ne faut pas se contenter de se focaliser sur le nucléaire. C’ est uniquement pour ça que je citais l’ exemple de Bophal. Mon point était de constater que malheureusement, les catastrophes écologiques ne s’arrêteront pas avec le nucléaire, mais que celle-ci est la seule techno dont on propose de sortir systématiquement. Le parti écologique fait-il campagne contre l’industrie chimique avec autant de force ?

      « A aucun moment, vous ne parlez de la simple insoutenabilité, avec les technos actuelles des consommations énergétiques actuelles et cela va frapper durement les pays en voie de développement, à qui on ne peut dénier une légitime aspiration à une qualité de vie « normale ». »

      Faux, arrêtez avec vos procès d’intention. Les liens que je vous ai mis pointent vers la littérature scientifique sur le sujet :
      http://www.pnas.org/content/103/43/15729.abstract
      Ces gens pensent beaucoup plus que vous aux pays en voie de développement, à la façon de leur fournir une energie propre et pas chère. Mieux, ils intègrent dans leurs calculs les économies d’énergie dont vous parlez qu’on pourrait réaliser en Occident : si on économise comme il faut, on n’ a besoin que d’un doublement de production énergétique à l’échelle mondiale, si on n’économise pas, il faut un triplement (d’ici 2050).

      « L’aveuglement technolâtre est donc dans votre camp. Il y a donc tout un mode de vie à changer. nous devrons certainement aller vers la fin de la voiture individuelle, la réduction des consommations électriques « de luxe », un effort majeur sur l’isolation des constructions, etc etc.. »

      C’est quoi, mon camp ? Par ailleurs, je suis frappé de voir qu’à chaque débat que j’ai sur le sujet, on embraie tout de suite sur le « changement de mode de vie ». Moi j’ ai rien contre a priori, mais je trouverais plus honnête qu’ EELV communique là-dessus plutôt que sur la sortie du nucléaire. Parce qu’ au bout du compte, si je comprends bien, c’est ça le vrai message : qu’ on ne peut pas s’en sortir par le haut en inventant des nouvelles technologies (d’où le reproche de « technolâtre », amusant par ailleurs dans un commentaire de blog) ou en améliorant celles qui existent, et donc qu’il faut faire du malthusianisme. C’ est tout à fait respectable comme opinion, mais n’utilisez pas le faux-nez de la sortie du nuke pour les défendre, et ne signez pas non plus d’accord avec le PS qui n’ est clairement pas d’accord sur la question.

      Negawatt, je connais. Ils planifient la multiplication exponentielle des panneaux solaires avec des chiffres de croissance totalement irréalistes sur 20 ans. Je n’y crois pas.

      « A COTE et non pas A LA PLACE des autres sujets critiques, comme l’extinction des espèces, la pollution chimique diffuse généralisée, le réchauffement climatique… »

      Je n’ ai pas entendu une seule fois Eva Joly ou Cécile Duflot évoquer ces sujets durant la campagne, ni ceux-ci être évoqués dans l’ accord PS. Un conseil : faites un peu de propagande là-dessus si vous ne voulez pas être vus comme le seul parti de l’anti-nucléaire et des négociations de circonscriptions dans des régions aussi biodiverses écologiquement et non polluées que Paris.

      « Mais bien sur, si on demande plus d’énergies renouvelables, on croit forcément que ca va tout résoudre magiquement. »

      Moi je crois aux énergies renouvelables, c’ est l’objet des liens plus hauts. Mais personne n’a l’air de mettre sur le tapis les enjeux technologiques sous-jacents, qui devraient être l’objet des débats. Je ne m’en fais pas pour l’humanité : elle progressera sans l’Europe sur la question qui est totalement focalisée sur le nucléaire, inventera la feuille artificielle propre sans nous, c’ est tout.

      J'aime

  18. D’où vient le malentendu entre Eva Joly et son parti EELV ? Elle est dans son rôle de candidate à l’élection présidentielle alors que son parti prépare les législatives qui vont suivre. L’important pour Eva est d’obtenir un bon débat sur les fondamentaux écologistes (le nucléaire, l’aéroport de Nantes…) et de forcer ses concurrents à se positionner afin d’éclairer les citoyens pour le jour du vote. Pendant ce temps, son parti cherche à engranger des forces humaines et financières (les futurs députés et un groupe parlementaire) pour s’armer suffisamment pour les 5 ans à venir afin de mener la bataille sur ses valeurs (les mêmes que celles d’Eva Joly, en principe). Conséquence logique : Eva ferraille pendant que le parti négocie. Je n’incrimine personne. La politique, c’est difficile.

    J'aime

  19. Pas vraiment un malentendu: plutôt un léger bascul d’opinions qui fait que ceux qui ne voulaient pas d’elle sont rejoints, ou espèrent être rejoints, par quelques hésitants. c’est comme ça que se font et se défont les majorités. Ceux qui ont des positions claires, fermes, liées à des valeurs perdent parfois des soutiens quand la situation se trouble, quand les peureux prennent peur. Ça suffit à faire croire qu’ils ont perdu, d’autant que c’est largement exploité par les opposants.

    Reste qu’il semble y avoir une sacrée incompatibilité entre droiture et politique!

    J'aime

  20. E pericoloso sporgiersi… sur le cas Hollande !
    Nous eûmes droit à la même antienne lors de la défunte primaire. Le pauvre chou risquait d’être abimé, etc. . Au cas où, re etc. .
    Les autres comptants pour de la merde, il était autorisé dans les milieux autorisés de leur marcher dessus. Une grande Dame en fit les frais et fut écrasé. Hélas !
    La petite Eva est attendue à l’accueil !
    … du gus en question, avec si possible moult compliments à la clé sur son trousseau.
    Les sanglots longs de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone…

    Ma chère Eva.
    Si vous avez quelques considérations pour l’humble personne que je suis et que j’ai toujours été (je suis normal et je le reste !), je vous enjoins avec presse de me déclarer votre flamme tout de go, car je manque moi-même d’assurance… etcetera.
    (Sommer comme une bête de somme, de se présenter perdante, la tête sur le billot !)
    On marche sur la tête, non ?
    Y en a un qui se frotte l’entrecuisse, il doit les avoir grosses COMME CA !!!!
    (On travaille pour lui, GRATOS !)

    J'aime

  21. Finalement, dans cet épisode, EELV a lâché sa candidate en pleine campagne, la sommant même à appeler à voter pour Hollande ! Candidature de témoignage et surtout prétexte à un accord post-présidentiel peu glorieux où bien des revendications ont été troquées contre quelques circonscriptions « acquises d’avance »…

    J'aime

  22. Très bon billet !

    Donc Eva Joly élue par la base est désavouée par les cadres du Parti ? C’était bien la peine que les gens choisissent un(e) candidat(e).
    :-)

    [En arrière plan, c’est pratique, elle est femme et étrangère, ça fait deux gros défauts pour la Présidentielle ! :-)].

    J'aime

  23. Président Ciel 2012

    Le 15 avril 2012, le soir du premier tour des élections présidentielles, la France a vu trois candidats sortir du lot.
    J’ai bien dit trois et pas deux. C’est une première!
    Comique, tragique ou historique… c’est à vous d’apprécier.
    Trois candidats, ex aequo avec 33% chacun, c’est du jamais vu et seulement 1% pour tous les autres prétendants.
    Pour les amateurs de probabilités et encenseurs de statistiques, c’est la fin du monde ou l’inexplicable intervention d’une main invisible qui a distribué à une voix près la volonté du peuple de France en trois parts égales…33% chacune. D’où le nom attribué à ce premier tour : » les trois ânes »… par une agence de connotation…

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/11/president-ciel-2012/

    J'aime

  24. Pingback: Nucléaire: quand Sarkozy perd son sang-froid. ‹ Bienvenue sur le site des L1 Droit Unité C de la Faculté de Nancy

  25. Pingback: Propagande et mauvaise foi… « Ligue des droits de l'homme

  26. S’il est vrai que, comme le dit le billet, « la richesse d’un mouvement environnemental tient à sa capacité à aborder des sujets agaçants », alors, il faut sauver le soldat Eva. Elle est courageuse, elle a toutes les qualités de probité et de ténacité pour tenir le rôle et ne mérite pas le traitement que lui fait subie EELV. Internautes à vos « plumes ».

    J'aime

  27. As salam ‘aleykoum, bonjour,

    je suis un peu limité intellectuellement et je n’ai surement pas saisi toutes les subtilités de votre article, alors je vous ferais juste part d’une réflexion personnelle sur la situation d’Eva Joly vis à vis de son parti politique. J’ai beaucoup d’admiration pour cette femme dont l’engagement politique ne relève pas d’une volonté de réussite personnelle mais bien d’une envie de défendre des convictions auxquelles elle croit sincèrement et c’est ce qui rend sa candidature si particulière et à contre courant de tous les autres candidats pour qui la politique est une profession.
    Alors oui n’en déplaise à nos chers politiciens de métier de gauche de François Hollande à Cécile Dufflot en passant pas Noel Mamère la candidature d’Eva Joly est une chance pour vous, elle ne fait que vous rappeler à votre devoir de représentation que vous n’assumez pas. Face à cette résignation du politique au service de l’économique et de la finance, Eva joly ne fait que rappeler qu’elle a des convictions et peu importe le score qu’elle fera aux présidentielles, elle restera ce symbole alors de grâce amis de gauche ne vous focalisez pas trop sur le dénouement de cette élection présidentielle, les convictions, les idéaux n’ont pas de prix :)

    PS: vous aurez bien compris que je ne voterai ni Hollande, ni Sarko, ni Lepen au second tour des élections présidentielles :)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s