Le produit primaire

“L’UMP a probablement sous-estimé l’impact médiatique et populaire” B. Apparu, Secrétaire d’État au logement

Ils vont peut-être cette fois y arriver. En intégrant parfaitement ce que fait la droite depuis des lustres, c’est à dire considérer la politique comme un objet marketing aussi vulgaire qu’un paquet de lessive. Par nécessité, par réflexe de survie. L’évènement de la primaire surprend par son ampleur. Non pas qu’elle ait déplacé les foules en masses, mais elle résonne indéniablement par le truchement des médias comme un succès populaire. L’UMP, et en particulier le président de la République ne s’y est pas trompé. S’ils décrient autant ce processus, c’est qu’une immense frustration leur vrille les entrailles. Foin du grand élan démocratique, de la parole rendue au peuple. Non, simplement parce que la gauche a piétiné les plates-bandes de la droite, dans ce qu’elle savait faire de mieux. Vendre. Vendre de la politique, distiller les idées (quelconques) comme du soda, afficher des trombines en prime time.

Christopher Dombres

Le scénario tient sur une carte postale, les coûts sont mirobolants, la captation des attentions s’avère exceptionnelle. L’idée des primaires a pu paraître saugrenue, l’impact à l’arrivée est indéniable. Tout d’abord pour une question de contexte. La primaire tient lieu de quasi-démocratie, candidats notables, corps électoral spécifique, médias prescripteurs. Mais cette réponse “démocratique” tranche si nettement avec le régime sec des débats du camp opposé que la sensation de “liberté” est décuplée. Que l’on imagine après cinq années de pouvoir ultra personnifié, qu’un vote, somme toute secondaire, sonne comme la reprise en main du destin. Mais on peut aussi penser que ces primaires ne sont pas ce qu’elles prétendent. Qu’elles participent tout au plus à concerner (une partie de) la population à un évènement sous contrôle. Et c’est en ce sens que la droite peut se sentir flouée (car elle aurait pu ou dû faire de même).

Un évènement sous contrôle, car à la fin, et tout le monde le pressent, il n’y a pas de surprise. La pluralité au départ, la certitude d’un candidat “comme il faut” à l’arrivée. C’est à dire dans la droite lignée Delors-Jospin. Trois des six éléments du rayonnage (en excluant la candidature de J. M. Baylet) présentent une certaine rupture avec la social-démocratie, l’eau tiède. Même si M. Valls pousse plus loin cette idée pour finalement la perde et basculer dans le social libéralisme. Le seul intérêt de cette multiplicité consiste à occuper les segments de marché politique. Dont le vainqueur, à la fin, en sera virtuellement détenteur, par la magie de la synthèse solferinienne. Il incarnera la pluralité socialiste dans toutes ses facettes.

Or il n’en est rien. Si symboliquement, il rallie les vassaux et les étendards, il mettra en place la politique du PS. La sempiternelle politique du PS. Celle qu’il a toujours menée. Depuis au moins 30 ans. De l’accompagnement thérapeutique en biotope ultra violent…

Faire payer le client, l’astuce suprême du marketing, le vice naturel de l’économie pulsionnelle. En ce sens, la promotion de la marque “Parti socialiste” n’y déroge pas. Si le coût de la votation est estimé à 3,8 millions d’euros, avec 2,6 millions de participants à 1,5 euro de don en moyenne, l’opération en plus d’un coup de communication exceptionnel, s’avère être un business profitable. Car en plus du formidable impact de communication, la note est réglée par le citoyen.

Le Parti socialiste innove. Terra Nova, son pole recherche et développement crée un produit de niche compétitif. Dont les réussites n’étaient pas assurées. Elle s’offre même des capacités d’expansion à court et moyen termes. Tout d’abord en l’exportant chez les concurrents. Nul sur le plan financier, mais colossal sur le plan du prestige. Ensuite au niveau de la participation (2,6 millions sur un corps électoral de plus de 30 millions), elle s’assure un objectif largement dépassable pour la prochaine présidentielle. Le tout en préservant l’essence même du Parti socialiste, son inertie, c’est à dire sa capacité à faire émerger à tous les coups un candidat de centre gauche quel que soit le contexte.

Vogelsong – 13 octobre 2011 – Paris

Advertisements

8 réflexions sur “Le produit primaire

  1. Pingback: Martine Aubry : c’est Sarkozy qui lui dira merci » Chez dedalus

  2. La « montée des marches » vers le sacre de candidat à la candidature sous les flashes des photographes, des commentaires des journalistes, des applaudissements de la foule dont on entend la clameur… Qu’il est beau notre Hollande national dès qu’il apparaît sur un plateau. La condescendance devient de mise dans la tête des lècheurs de tous poils… Et s’il devenait Président de la République? Qu’en serait-il de ma carrière? Nous ne sommes plus en janvier 2010 à estimer la faible médiatrie de Hollande chez Drucker accompagnés des sarcasmes de circonstances. Non! l’idole naissante, présentée comme l’alternative la plus crédible au sarkosysme, fait feu de tout bois. Quand il sourit à la caméra. Il nous fait oublier les manifestants anti-Wall Street, la rigueur budgétaire, les attentats à la bombe ici et là, la violence en Lybie, en Egypte, en Syrie… le plongeon des banques… C’est irréel! c’est encore plus beau que dans mes rêves les plus fous. Le sauveur va nous délivrer des tracas de la vie normale. « Hasta la victoria siempre » bien sûr!

    J'aime

  3. Excellent , c’est ce que je pense aussi .
    Tu oublies au passage la création d’un fichier monumental de « sympathisants PS  » ou présumés comme tels à qui ils pourront désormais envoyer des e-mails de sollicitations pendant la campagne présidentielle , fichiers entièrement payés par les électeurs des primaires eux-mêmes ! Elle est pas belle l’idée ?

    J'aime

  4. Pingback: Variae › Primaires, le sens du deuxième tour

  5. C’est assez curieux de le lire après coup.

    Je me suis retrouvée dimanche soir avec un curieux sentiment de malaise installé. Ca avait commencé l’après-midi. J’avais tweeté « Je range mes affaires d’été à la cave en attendant des jours meilleurs,comme j’ai foutu mes illusions au placard ce matin en votant #primaire ».

    Tu as parfaitement décrit et résumé ce que je ressentais confusément. Merci.

    J'aime

    • C’est le second billet critique sur la primaire et sa « quasi-démocratie ».

      Je pense que ce système est un moindre mal. Il est bon de le préciser.

      Concernant nos illusions. Tu es une foutue veinarde. Tu ne les as perdues dimanche dernier… :)

      J'aime

  6. Pingback: Martine Aubry : c’est Sarkozy qui lui dira merci » Le coin politique de dedalus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s