Interdiction de la télé-réalité, liberticide ou retour de la politique ?

“Les valeurs (de TF1), celles de l’argent et de la cupidité, de la compétition acharnée et du conflit, de la violence et du règlement de comptes” A. Montebourg sur Europe 1

En voulant interdire la télé-réalité, A. Montebourg s’érige en censeur, mais surtout il fait de la politique. En l’occurrence, il s’attaque directement aux causes où d’autres constatent l’irréparable et s’échinent à rendre le mal supportable. Même brutalement, car “interdiction” sonne par ces temps comme liberticide. Si l’homme est versatile et contradictoire, sur le cumul des mandats ou ses multiples alliances au sein de son parti, sur la thématique médiatique il garde une ligne assez cohérente.

Christopher Dombres

La première saillie contre TF1 date de 2009 où dans une séquence du film “fin de concession” de P. Carles, il glisse en voix-off “que c’est le moment de taper sur TF1. C’est une télé de la droite, la télévision des idées qui détruisent la France, la télévision de l’individualisme, la télévision du fric, du matraquage sur la sécurité”.

Tout est politique. En particulier les médias qui structurent, conditionnent l’imaginaire collectif. Et en ce sens, les programmes proposés par TF1 sont clairement orientés. Au-delà des valeurs, de l’air du temps ce qui transparait des diffusions, mais aussi de l’information, de son traitement, est l’inféodation au paradigme libéral et entrepreneurial. Avec une dimension sécuritaire.

Au risque d’énoncer des choses banales, TF1 constitue un consortium privé qui de façon génétique véhicule les valeurs qui lui sont intrinsèques. Tellement libérales d’ailleurs qu’il arrive même parfois que pour des questions d’image, de crédibilité, perce ça et là une voix discordante, un avis contraire. Ce que l’on appelle pudiquement dans la gouvernance corporate, l’aiguillon de la concurrence…

Tout est économique. Si A. Montebourg s’en prend à la TV réalité, c’est que ce type de Spectacle procure à la chaine une audience conséquente et captive sur des cycles répétitifs de plusieurs mois. Modèle de captation des attentions permettant de synchroniser les téléspectateurs à des spots publicitaires bien segmentés pour obtenir un impact maximum. Un impact qui sera d’autant plus juteux qu’il aura agrégé cette audience substantielle et triée instinctivement. Une sorte d’homogénéisation, de ramollissement du client facilitant la pénétration du message. S’en prendre à la télé-réalité c’est s’en prendre au socle économique du Spectacle. L’interdire, lui couper les subsides pour le reste de sa programmation.

Enfin, peut être que pour A. Montebourg, l’abrutissement télévisuel d’une large part de la population lui pose comme homme d’État, un problème d’hygiène mentale. Qu’il estime qu’un pays civilisé doit s’extraire des Spectacles indigents, dégradants, insignifiants du grand barnum voyeuriste. Que l’on ne construit pas une société, une jeunesse, sur des focalisations de masse, dont le support tourne en boucle sur la domination, l’élimination, la stimulation égotique.

Reste un écueil. Celui de la liberté. La liberté de s’extraire de la fange, ou d’y consentir. De s’y rouler jusqu’à disparaître. Avec la sempiternelle question sur le choix du public, et le plébiscite par l’audience, cette servitude volontaire.

L’expérience de la privatisation de TF1, mais aussi des radios libres (poussée par la gauche), sous l’excellent prétexte de libérer la parole a montré ses limites. Overdose publicitaire entrainant une programmation vulgaire et aguicheuse où le néant côtoie l’insignifiant.

Les 300 millions d’américains comatent 200 milliards d’heures par an devant la télévision (commerciale). C. Shirky dans son ouvrage “Cognitive surplus” estime que 100 millions d’heures permettraient de créer un encyclopédie participative comme Wikipedia.

Mais il faut être optimiste selon le très corporate D. Bogniart tête de gondole de la chaîne privée, le candidat et architecte de la primaire A. Montebourg sera éliminé par ses concurrents de jeu. Dans ce Spectacle éminemment télévisuel.

Vogelsong – 30 septembre 2011 – Paris

Advertisements

16 réflexions sur “Interdiction de la télé-réalité, liberticide ou retour de la politique ?

  1. Je crois que l’argument de protection de la santé publique tient la route…. dans un monde où les pouvoirs plus très publics ne cessent de vouloir nous protéger contre nous même pour notre bien en essayant même de nous empêcher de cultiver nos petits jardins, en instaurent un codex alimentaire qui décide de notre alimentation, en nous imposant une médecine iatrogène, et autres restrictions à nos liberté et notre droit à l’autodétermination… lutter contre la cérébralisation télévisuelle me semble de bonne guerre…

    J'aime

  2. La TNT gratuite a été créée pour démultiplier la parole de TF1 (qui devient presque soft par rapport à TMC ou Itele) :
    – De l’info en continu (donc du détournement d’info en continu avec si possible un Robert Menard et un ou deux chroniqueurs du Figaro en permanence)
    – De la pub bien sur (même à 4h20 du mat, c’est impressionnant).
    – Du télé-achat.
    – De la compétition, de la soumission et de l’humiliation
    et
    – des flics en action (mais jamais contre la fraude fiscale).

    tout ça en 24 / 24.

    Nous avions fait ceci il y’a une dizaine d’années…

    J'aime

  3. D’ailleurs, a-t-on vraiment besoin de chaînes privées qui seront forcément financées par la pub et donc plus dans « l’entertainment » que le projet culturel ? Il faut oser poser cette question qui va bien plus loin que la question de la téléréalité si l’on veut vraiment stopper cette dérive. Montebourg s’arrête au milieu du gué.

    J'aime

  4. Pingback: Variae › La grand-mère et les cailleras (fable métropolitaine)

  5. Pingback: Interdiction de la télé-réalité, liberticide ou retour de la politique ? | Chronique des Droits de l'Homme | Scoop.it

  6. Pingback: La rénovitude » Blog Archive » Meeting d’Arnaud Montebourg du 2 octobre à Paris

  7. Ce billet rejoint la question : l’interdiction d’une pratique néfaste est-elle une liberté retrouvée ou une augmentation de la répression?
    Le plus drôle en général c’est de lire la position des « libéraux » à ce sujet.

    Sur la question de l’interdiction de la pub dans l’espace public la plupart du temps ils nous tombent dessus en gueulant « liberticide!!! » alors qu’ils défendent eux-mêmes une pratique de manipulation, détruisant la liberté de choix ou d’imaginer une autre possibilité que celle véhiculée par les valeurs de la pub. Étonnant.

    Je vous conseille d’écouter Michel Desmurget, auteur d’un bouquin sur les effets de la TV :
    http://www.franceinter.fr/em/lateteaucarre/104357

    J'aime

    • On se retrouve face à un problème de taille. Même si l’idée est louable, son application semble tout à fait utopique. On risque de vite de se retrouver devant des juridictions pour cause de liberté d’expression.

      Sur la dictature publicitaire, je suis totalement d’accord. Un jour j’écrirai là dessus. :)

      J'aime

  8. Depuis je suis tombée sur des articles qui démentent cette prise de position de Montebourg qui ne s’en serait pas pris au télé-réalité directement…. Une petite anecdote très années 7O : un groupe autonomiste breton avait la faveur de la population jusqu’à ce qu’il fasse sauter un pylône privant le peuple de télévision… ça,, ce n’est pas passé et ils ont perdu la sympathie des téléspectateurs assidus….
    Comme je n’ai pas envie de me farcir les articles qui pourraient confirmer. ou non…info ou intox…. ?
    Une manière de faire perdre la sympathie du public à un candidat qui manifestement gagne du terrain ? je laisse les ???

    J'aime

    • Pourrais tu me donner un article qui dément ?
      J’en suis resté à ceux d’Europe 1 et du Figaro qui le citent expressément. J’en déduis qu’il l’a vraiment dit. Mais qu’il s’est peut être ravisé pour les raisons que tu évoques.

      J'aime

      • A vrai dire non, … hier j’ai fait plein de recherches sur plusieurs sujets et je n’ai pas trop le courage de fouiller dans mon historique…. j’ai vu au moins deux démentis… mais bon… déjà je suis belge, la campagne française ne me concerne pas directement. Je garde un oeil dessus parce que nous avons déjà les néerlandophones qui virent à l’extrême droite, les Pays-Bas aussi,donc beaucoup de francophones belges sont inquiets… on aimerait autant que la France ne vire pas encore plus à droite, d’autant qu’il y a une bande de zozos qui voudraient nous y voir rattachés une idée qui prend de l’ampleur…. j’ai donc lu pas mal de trucs au sujet de Montebourg hier…. les autres je connaissais déjà… tout ce que je vois pour le moment c’est que côté socialiste -avec toutes les restrictions d’usage – il m’a l’air le moins pire…. mais comme tu répond à mon premier commentaire,il est difficile dans une campagne électorale présidentielle de défendre des points de vue réellement « raisonnables » si on veut avoir une petite chance de se faire élire…. C’est pourquoi mon premier commentaire était une boutade… je n’aurai pas à voter, je ne regarde pas la télé et je ne veux pas être protégée contre moi-même pour mon « bien » par des politiciens aux ordres et ne n’ai jamais vu une seule émission de téléréalité…

        J'aime

  9. Le patron de Dexia s’appelle Pierre Mariani : c’est un proche de Nicolas Sarkozy.

    En 2010, Pierre Mariani a gagné 1 809 411 euros.

    http://www.lesechos.fr/diaporamas/voir_diaporama.php?id_diap=DIAP290411932_114660

    A propos de Pierre Mariani, voici un extrait de Wikipedia :

    Le successeur d’Axel Miller, Pierre Mariani, un proche de Nicolas Sarkozy, s’est octroyé un salaire fixe en hausse de 30 % par rapport à Axel Miller.

    Le conseil d’administration de Dexia a accepté «à l’unanimité» le 13 novembre 2008 de porter à un million d’euros le salaire annuel du directeur général et de fixer à 2,25 millions d’euros son bonus maximum. Axel Miller ne touchait «que» 825 000 euros de fixe, et son bonus était plafonné à 1,8 million d’euros.

    C’est le comité des rémunérations, composé notamment de Denis Kessler, ex-numéro 2 du Medef, et d’Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts, qui a fait ses propositions.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dexia#Salaire_de_Pierre_Mariani

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s