R. Domenech, une indemnité scandaleuse ?

“L’affaire Domenech était le dernier dossier à régler. Je peux comprendre qu’il (ce règlement) suscite quelques émotions vu la somme, mais le football est ainsi fait.” N. Le Graët Président de la FFF, chef d’entreprise et ancien maire PS de Guingamp

Un butor, de première catégorie, de ceux qui motivent une interrogation sur le genre humain. R. Domenech avec ses airs lourdauds, ses phrases vaseuses et son sens inné de l’in-à-propos inspire antipathie ou au mieux mépris. R. Domenech c’est celui qui a failli à la coupe du monde 2010, qui n’a pas porté la France au pinacle de l’Olympe du Spectacle footballistique. Et pour cela, il empochera une indemnité transactionnelle d’un million d’euros négociée après son licenciement. Rondelet pécule pour un looser que la patrie honnie. Ce qui en fait pour la presse friande de symboles, mais surtout de bouc-émissaires, l’idiot (riche) de la semaine.

Gianpaolo Pagni - Football 2002

Gianpaolo Pagni - Football 2002

Pourtant, R. Domenech est dans son bon droit. Comme salarié il bénéficie des mêmes protections qu’un autre concitoyen dans cette position. La presse ivre de rage contre cet incapable s’est empressée de le juger gravement fautif. La “faute grave” qui lui est reprochée par la fédération, vaut blanc-seing pour une clique vengeresse, frustrée par la prestation calamiteuse de l’équipée africaine. Mais en droit français, la faute grave doit être prouvée devant un tribunal. Il n’y a aucune définition légale. De façon générique, elle s’apparente à une faute telle qu’elle rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise. Vague. On ne jugera pas ici de la validité du critère dans ce cas d’espèce, mais on peut simplement noter que pour la fédération française de football (FFF), devant les prud’hommes cette affaire n’est pas gagnée d’avance.

Mais les indemnités de R. Domenech peuvent prendre un sens plus politique si on part du principe qu’il est un salarié comme un autre. Et que ce qu’il réussit à grappiller à son employeur n’est que le fruit d’un rapport de force. Ne pas oublier pas que c’est la FFF qui l’a choisi, qui lui a renouvelé un bail malgré ses prestations médiocres. Que le salaire fut négocié entre les parties, sans que ses émoluments ne soulèvent réprobations. Seule était mise en cause sa capacité à diriger une équipe de football… Incompétence que l’on peut attribuer à la direction de la FFF, son management, pas à lui.

Or aujourd’hui la FFF se dédouane d’un salarié de façon très symbolique. Elle charge un seul homme de la responsabilité d’une déroute. Un incapable, qui par-dessus le marché partirait avec la caisse. R. Domenech dans l’esprit étroit d’une bonne partie de la médiasphère monte au pilori. Après son licenciement on pointa non sans ironie ni sarcasmes ses indemnités de chômage de 5 500 euros mensuels. Pourtant aussi un droit du salarié.

On l’exècre non pas parce qu’il touche une somme astronomique, mais parce qu’il n’a pas procuré l’orgasme footballistique attendu. Qui conditionne, un fort tirage papier, une exposition médiatique qui focalise les attentions, et fait grimper en flèche le tarif de la pleine page de publicité. R. Domenech a spolié dans cette affaire, et de chaque côté du poste. Et en ce beau pays cocardier, on a la défaite aigrelette.

Le tour de passe-passe de cette affaire c’est l’incrimination d’un salarié, certes peu efficace, en feignant de s’esbaudir des sommes dépensées. On aborde l’aspect éthique des rémunérations et du mérite de façon interstitielle. Pour une grande partie de ceux (les amateurs de football) qui maudissent R. Domenech, la question tient plus de la rancœur que du système dans sa globalité. Ces mêmes contempteurs, souvent à revenus modestes, ne pipent mot sur les salaires astronomiques et le cout des transferts pratiqués normalement. Un retour sur investissement émotionnel capable de justifier tous les excès en la matière. Dans un monde footballistique dominé par le club/marque, entité marketing désincarnée, et comme consécration pour beaucoup l’introduction en bourse du fanion.

Le droit de R. Domenech c’est le droit du salarié dans un monde du travail totalement désarticulé. Et il est vital de s’y tenir. Nonobstant ce que l’on peut penser des échelles de salaire. Le sélectionneur n’est pas un boss, un dominant, il n’est qu’un cadre exécutant, un dominant dominé comme il en existe pléthores. Liguer et diviser une partie du salariat en général friand de football contre un autre salarié n’est peut-être pas si anodin. On crée un brouillage dans les valeurs, ainsi qu’un précédent où l’on ne sait plus qui est qui, qui domine qui. On justifie la stigmatisation entre salariés pour résultats non conformes. Le téléspectateur se transforme en client de la FFF. Et baisse le pouce pour performances inadéquates. Cela occulte les frasques somptuaires de ceux, les vrais dominants, pour qui un million d’euros ne représente que la prestation au rabais d’une marionnette hirsute. In fine le pactole versé par la FFF n’est qu’une peccadille pour jouer l’idiot utile dans le sport Spectacle.

 Vogelsong – 6 août 2011 – Paris

Advertisements

4 réflexions sur “R. Domenech, une indemnité scandaleuse ?

  1. Pingback: R. Domenech, une indemnité scandaleuse ? | Chronique des Droits de l'Homme | Scoop.it

  2. Le foot est l’opium du peuple . Domenech n’en est que la fumée . Il est comme d’habitude le bouc-émissaire idéal pour ceux qui ont la nostalgie du capitalisme parfait , rayonnant , vainqueur , arrogant . Tous ceux qui par malheur l’égratignent un peu se voient exclus de leur petit monde , même s’ils sont aussi (tristement) connus que Domenech !
    Le capitalisme a ses fusibles . Rien n’est jamais sa faute , tout est toujours erreur humaine individuelle .
    Mais pire , il a ses défenseurs jusque dans les rangs de ceux qui se rendent dans ces nouvelles arènes pour y demander la peau de ces gladiateurs des temps modernes .
    Et dans ces lieux s’expriment toutes les frustrations , tous les délires , tous les bassesses aussi de la nature humaine . Du public aux joueurs , cette espèce d’hystérie collective fait oublier que ces jeux sont l’occasion pour certains de s’en mettre plein les fouilles !
    On ne se rend même plus compte que ces stades sont devenus d’immenses panneaux publicitaires où des joueurs-sandwichs font la promotion pour la planète entière de ces immenses groupes-pieuvres !
    On ne se rend même plus compte du ridicule de notre condition qui nous fait disserter pendant des heures sur les exploits de quelques richissimes joueurs capricieux tapant dans une baballe et qui ne sont pourtant que des pions sur l’échiquier des gouverneurs de ce monde !
    On ne se rend même plus compte des valeurs subliminales que le foot nous enseigne , la réussite à tout prix , la valeur suprême de l’argent et avec lui l’appel des sirènes de la consommation , la drague facile quand ce n’est pas pire , la supériorité des hommes sur les femmes , un travail pépère et amusant pour un salaire d’émir du Qatar !
    La FFF et tous ces dirigeants encravatés , ces « gras du bide  » qui se croient les maîtres de l’univers et qui s’empiffrent tous les jours sur le dos des gogos de ce monde me donnent envie de gerber !
    Toute cette orgie de pognon pendant qu’on nous annonce que nos maigres économies ne vaudront bientôt plus tripette . Oui le foot est bien toujours l’opium du peuple !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s