Des primaires qui incommodent la droite ?

“Les élus ne distribuent pas l’argent à la tête du client, c’est interdit par la loi” A. Montebourg

Le Parti socialiste se lance dans l’organisation des primaires pour désigner son candidat lors des élections présidentielles de 2012. À ce titre, l’usage des listes électorales des mairies est requis. D’abord circonspects, les dirigeants de la majorité montent au créneau préoccupés par leurs utilisation. J. -F. Copé notamment, s’inquiéte du caractère attentatoire à la vie démocratique et de possibles pressions, “dans les villes socialistes, vous imaginez les conséquences pour les agents municipaux ou les présidents d’association qui ont des subventions, s’ils ne participent pas à cette parodie d’élection ?”. De son côté, N. Kosciuzko-Morizet s’enquiert “de toute façon, même si la liste est détruite après, sur le coup la liste a existé, donc on sait qui, dans sa collectivité, se déclare comme étant de gauche ou étant de droite”. L’UMP en croisade contre le clientélisme, le fichage, c’est une grande nouvelle.

Sur le plan juridique, l’utilisation de listes électorales semble une cause entendue, selon la CNIL. “Le code électoral permet à tout électeur, tout candidat et tout parti ou groupement politique de prendre communication et copie de la liste électorale, à condition de s’engager à ne pas en faire un usage commercial”.

Les ténors de l’UMP évoquent des positions philosophiques sur le respect des libertés et de la transparence. Mais on peut aussi y voir une posture qui tient plutôt de la leçon de morale politique visant à décrédibiliser l’évènement qu’organise l’adversaire. On peut lire en creux, que l’exercice démocratique du PS permettant de désigner le candidat qui va le représenter laisse apparaître un fossé dans les pratiques. N. Sarkozy s’est auto désigné candidat laissant aux ambitieux comme alternative, le casus belli ou la soumission. On se souviendra qu’en 2006, l’UMP avait organisé un vote parodique entre M. Alliot-Marie et N. Sarkozy. Qui fait figure aujourd’hui d’anecdote ridicule.

On peut déceler aussi autour de ces déclarations la volonté de cadenasser un mode de fonctionnement. Curieusement les deux ténors qui s’expriment contre des primaires figurent parmi les plus pressentis pour concourir en 2017. J. -F. Copé ne cache pas depuis une bonne décennie sa dévorante ambition. N. Kosciuzko-Morizet chouchoutée par les médias s’y verrait aussi parfaitement. Stratégiquement, préempter les places, tenir l’organigramme pour décourager les audacieux. Et plier l’affaire en réglant la désignation par cénacle entre soi. Mais surtout se préserver d’une hypothétique contagion démocratique (issue du PS !). Le fonctionnement vertical de l’UMP ayant largement fait ses preuves.

Pour ce qui est du fichage et de la surveillance, le sarkozysme a élevé la pratique au rang de fétichisme. OWNI notait que depuis 2002, où N. Sarkozy occupait le ministère de l’Intérieur, 44 fichiers policiers ont été créés. Qu’en 2008 eu lieu le scandale du fichier Edvige, qui sans la pugnacité des associations comme la Ligue des Droits de l’Homme aurait vu le jour, sans que ni N. Kosciuzko-Morizet, ni J. -F. Copé ne s’en offusquent. Que de la même manière les tests ADN allaient de soi pour une bonne partie de la majorité présidentielle (et pour le N. Sarkozy de 2007). Même sanctions pour la frénésie de la vidéosurveillance.

Magnanime, le maire de Meaux s’inquiète du sort probable réservé aux fonctionnaires ou aux présidents d’associations qui ne voteraient pas aux primaires. En l’occurrence qui ne feraient pas allégeance à la gauche. Quand il s’agit de discréditer les projets du PS, toutes les victimes même potentielles sont les bienvenues. Mais c’est surtout dans la tournure d’esprit qu’il faut entendre les propos du député. Soit, il est lui-même un parangon de l’équité et la démocratie au sein de sa collectivité (ce qui ne semble pas être le cas), et il se pose alors en redresseur de torts au côté d’hypothétiques victimes. Soit, il traduit de manière subtile sa vision personnelle ses relations de pouvoir au sein de la communauté qu’il dirige. En d’autres termes ouvrir ou fermer les vannes financières au gré des génuflexions.

Au début considérées comme une séance d’automutilation pour la gauche, les primaires semblent aujourd’hui incommoder la majorité présidentielle. Cette consultation citoyenne révèle par différence les carences du parti présidentiel. Dont les pratiques s’accommodent parfaitement du dirigisme et du culte du chef. Dans un renversement vertigineux des valeurs, où on va alors faire porter la charge quasi totalitaire d’un scrutin à ceux qui l’organisent.

Merci à @Val_do pour les références sur la mairie de Meaux
 

Vogelsong – 20 juin 2011 – Paris

Publicités

10 réflexions sur “Des primaires qui incommodent la droite ?

  1. Problème culturel. Dans un pays à primaires comme les Etats-Unis, le « fichage politique » ne gêne personne … je parie sur une évolution des mœurs françaises si les primaires s’inscrivent dans le paysage.

    J'aime

  2. Nous sommes tous fichés , épiés , écoutés . Internet d’ailleurs leur permet très facilement de suivre tel ou tel individu « gênant  » . Google et autres nous observent , nous fichent , connaissent nos passions , nos coups de coeur , nos intentions . On fait tous les jours des sondages d’opinion .
    On met tous les jours des bons de réduction à notre nom dans les urnes des supermarchés , on donne notre adresse , notre téléphone à nos banquiers , nos assureurs , à Pôle Emploi , à la Poste , à EDF , au boulanger .

    On nous dit comment penser , réagir , être heureux , quoi acheter . On nous abreuve de publicités mensongères , de discours stériles et stéréotypés , de vérités en bouteille , on nous fait bouffer de la m… à l’insu de notre plein gré . Et tout cela au nom de la soi-disant « libre » concurrence , du libéralisme culturel et financier .
    Cela les interpelle-t-il ? Au contraire , ce sont les premiers à défendre ce type de société où les fichiers doivent appartenir aux puissants , aux commerçants , aux multinationales , aux marchands de rêves ou de courants d’air .

    Ils ont peur , ils tremblent de savoir qu’on pourrait découvrir des électeurs qui n’en sont pas , des « évadés fiscaux » qui résident dans ces paradis les 3/4 de l’année pour ne pas payer d’impôt en France mais qui viennent voter pour les défenseurs de leurs intérêts . Ils ont peur qu’on découvre comment ils espèrent redécouper les régions électoralement pour qu’ils puissent continuer tranquillement leurs petites magouilles entre « amis » , pour qu’ils récupèrent par la manipulation les secteurs qu’ils ont perdu .
    Ils ont peur qu’on se rende compte comment dans certaines villes on fait voter les morts , comment monsieur Untel a pu obtenir son permis de construire là où les autres n’y avaient pas droit , comment certains se sont approprié le littoral , les résidences , les marchés grâce à la complicité de leurs petits « copains » .
    Les autres , les sans histoire , ceux de tous les jours , ceux qui paient normalement leurs charges et leurs impôts , de droite , de gauche , du centre , les écolos ,..ils s’en foutent que le PS leur envoie une convocation ! certains iront et pas les autres … ils n’ont pas peur de leurs opinions . C’est même devenu un sport national de critiquer ouvertement le PS . Je ne vois donc pas pourquoi ils s’affolent …ou plutôt si !

    J'aime

      • Merci , mais c’est notre quotidien et on ne s’en rend même plus compte .
        L’hypocrisie est galopante , la mauvaise foi aussi . Je ne sais même pas comment la CNIL peut encore garantir une quelconque liberté individuelle à qui que ce soit . Car nos fichiers personnels font le tour de la planète en quelques secondes . Les plateformes d’appels commerciales nous le prouvent tous les jours . Et on comprend aussi mieux pourquoi certain(e)s se voient refuser une assurance alors que personne n’est censé connaître leur maladie incurable .Il y a de quoi avoir froid dans le dos
        J’ai entendu ce matin Xavier Bertrand sur France Inter . Pitoyable réquisitoire contre les primaires socialistes , digne d’un gamin de cour de maternelle « monsieur , ils vont savoir qui vote à gauche ou pas  » . Trop tard tout le monde le sait déjà depuis 2007 ! Personne n’a voté Sarkozy !

        J'aime

  3. Pingback: Primaires : l’UMP tache sa culotte et se fait dessus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s