Chronique d’une dépolitisation du débat sur les retraites – Les petits papiers de S. Royal

“Ce qui m’étonne c’est que vous soyez étonné” S. Royal  – le 12.09.2010 sur France Inter

L’éditocratie s’engage pleinement en faveur de la (contre)-réforme des retraites initiée par le gouvernement. Les squatteurs de plateaux médias ont pris position sur la question clef du quinquennat sarkozyste. Question clef, car au-delà des moulinets et des coups de menton, le succès ou l’échec de cette (contre)-réforme influencera la campagne présidentielle de 2012. Titulaires d’une carte de presse, ils engagent toute la profession journalistique dans la spirale descendante de la propagande d’état. J.M. Colombani, J. F. Achilli, J.M. Apathie, E. Mougeotte, B. Maris et bien d’autres creusent le sillon d’un endoctrinement larvé. Un étouffement du débat dont bénéficie pleinement le pouvoir. Dont il est bon de rappeler qu’ils ne sont normalement pas les représentants. Comme ils ne sont pas, non plus, les porte-voix de l’opposition. Un dernier cas de figure fantaisiste, car la question, bien évidemment, ne se pose pas…

Découpage assuré

Quand S. Royal agite sous le nez de J. F. Achilli une coupure de journal vantant le mérite de la capitalisation privée, le journaliste feint le courroux. Lors d’une interview sur la radio publique, la présidente de région, preuve à l’appui, vient démontrer à l’antenne qui le prétendu discours du maintien du système de répartition mis en place après 1945 leurre les citoyens. Ainsi, le réel objectif à terme de ladite “réforme” consiste à faire basculer le financement de pensions de retraite vers les acteurs privés. L’assureur AXA lorgne sur le pactole. Pour ce faire, l’Etat doit d’abord démembrer la sécurité sociale. Augmenter la durée de cotisation, baisser les pensions conduisent le citoyen à se tourner vers le financement “à la carte”, un simulacre de liberté réservée à tous, mais surtout à ceux qui le peuvent. Cette « réforme » n’est qu’une étape supplémentaire dans le saccage. Il est d’ailleurs notable que le président de l’institut Montaigne (Think Tank “indépendant” financé essentiellement par des entreprises privées), est aussi Président d’honneur d’AXA. En l’occurrence C. Bébéar souvent invité sur France Inter pour prodiguer ses conseils sur les “réformes” indispensables et qui ne dit pas autre chose sur la thématique sociale. Au-delà du joli coup médiatique de S. Royal, le symbole est fort. Frapper où cela fait mal, faire glisser le débat vers le point focal, celui de la politique. Car cette question est sortie du cercle de la raison. La cohorte de penseurs s’évertue à présenter ce projet comme incontournable, obligatoire, sans aucune autre alternative. Tout est mis en place pour déplacer ce qui est une question de société, vers une issue vulgairement pratique. Une question qui ne devrait pas souffler discussion et dont seules les modalités d’application pourraient être examinées. À la marge. Un exercice où le marquisat journalistique tient son rôle à merveille. S. Royal touche au plus sensible en mettant en avant une réclame à peine déguisée. En soulevant à la fois la question de la marchandisation de l’information, des journalistes, de la survie financière du modèle et enfin de la probité d’une ribambelle de grosses pointures qui fabrique l’information et qui distille un seul et unique point de vue.

Déontologie journalistique

J. F. Achilli voudrait faire croire qu’en montrant une publicité S. Royal participerait à la promotion du groupe d’assurance ? Déontologie onirique dont lui-même a oublié le sens. Alors que le discours et la contextualisation vont dans un tout autre sens. Pense-t-il qu’il s’agit d’une pièce trop éloquente dans un débat qui doit rester en lévitation ? Une sorte d’entorse au jeu convenu de l’interview où tout doit rester sous (son) contrôle. Mesure-t-il, enfin, à quel type de copinage il participe ? Lui, qui entretint C. Lagarde, biberonne à la pensée unique de la France irréformable. Coauteur d’un ouvrage intitulé “L’hypocrisie française” donnant toute latitude à la très libérale ministre des Finances, pour étaler ses vues sur le monde tel qu’il devrait être. Un monde économique majoritairement composé de capitalisation et d’assurances privées.

Quoi qu’en disent B. Maris keynésien fantoche rallié aux 62 ans, simulateur de débat avec (J.M. Sylvestre puis) D. Seux, J. M. Apathie névrosé de la dette, ou J.M. Colombani girouette du Sarkozysme reconverti à l’éditocratie web, le débat sur les retraites est éminemment politique. Il conditionne l’avenir de la société française. Une discussion pour savoir où on va et pourquoi on y va. Un vrai débat sur le modèle de société en somme. Un débat que les journalistes pourraient organiser, afin d’éclairer les citoyens. Dans ce rôle déterminant d’intermédiaire entre la base et ses élites. Où le monde médiatique devrait retrouver une âme et une certaine utilité. Au lieu de cela, la plupart chevauchent leurs petites convictions et imposent une lecture unique du sujet. En bon VRP du pouvoir, c’est un rôle de facilitateur de la contre-réforme qu’ils endossent. Souvent avec zèle.

En politisant le débat, S. Royal, le PS, ce qui est assez rare pour être signalé, fait un microscopique pas en matière de subversion médiatique. Elle s’éloigne des eaux tiédasses du consensus de l’élite majoritaire. Par choix politique, tactique électorale, positionnement idéologique, la gauche, sur ce sujet (seulement), met en branle un clivage fort. Essentiel au débat démocratique. Pourtant, la sarabande d’omniprésents conspire à son étouffement, en continuant de canaliser l’opinion entre la raison (réformer selon les vœux du gouvernement et du MEDEF) ou la folie (ne rien faire et laisser le système s’effondrer). C’est en opérant de la sorte, c’est à dire en appuyant où cela fait mal qu’éventuellement se nouera le débat. La défaite alors ne sera pas certaine.

Vogelsong – 14 Septembre 2010 – Paris


.Quand Royal découpe la presse …
envoyé par franceinter. – L’actualité du moment en vidéo.

[tweetmeme source= « Vogelsong »]

Publicités

21 réflexions sur “Chronique d’une dépolitisation du débat sur les retraites – Les petits papiers de S. Royal

  1. Bonjour !

    On pourra dire ce que l’on veut, mais cette femme a du CRAN, on dirait même, passez moi l’expression, qu’elle en a dans le pantalon. Au moins une qui fait honneur à la résistance française en ces temps de couardise des élites et de collaboration des Politiques. Après ça, les sondeurs oseront nous parler de DSK. Quelle imposture !

    Bravo Ségolene, femme debout !

    Lire billet sur le blog A2N

    J'aime

  2. Quelle brillante analyse de la situation; ça nous sort des chemins sur lesquels « les élites » médiatiques et politiques veulent nous enfermer.
    Ainsi que le constate @ les pas perdus, il faudrait absolument revenir sur les réformes Balladur Fillon qui ont été mortelles pour ceux qui ont fait de longues études et ont commencé à travailler tard, ou pour les femmes de la fonction publique qui ont eu le tort d’avoir des enfants avant de devenir des fonctionnaires titulaires.
    Il y en a qui ont vu leurs retraites amputée de huit à dix annuités!
    Un vrai scandale, quand on sait que les enfants élevés par ces femmes travaillent désormais pour renflouer les caisses de la sécurité sociale!
    Les grandes perdantes des réformes des retraites de Balladur à Woerth en passant par Fillon sont les femmes.
    Si l’opposition nous avait aussi bien renseignés en 2003 ainsi que Ségolène Royal le fait en ce moment, nous aurions peut-être pris nos dispositions à temps.

    J'aime

  3. Magistral ! reste pour les politiques à enfoncer le clou…et je crains que Ségo ne soit un ovni dans la sociale-démocratie bienpensante du PS… (en tout cas, j’ai été très agréablement surprise par ses récentes prestations ! ça mérite d’être souligné)

    J'aime

  4. Juste pour préciser que ce qu’à découpé Ségolène Royal n’est pas une pub, mais bien pire, la couverture du magazine économique Challenges.
    Précision, le magazine appartient, si je ne fais pas d’erreur, au groupe Nouvel Obs, vous savez cet hebdo qui il y a quelques mois a mis en couverture une interview complaisante de Sarko, interview faite par le directeur de la rédaction le très sarko-compatible et ex-carla compatible Denis Olivennes.
    Ce même hebdo qui vient de faire une Une « anti-sarko » après s’être rendu compte que finalement l’actuel locataire de l’Elysée serait peut être dangereux.
    Enfin, c’est toujours ce même hebdo pour qui l’avenir de la gauche s’écrit en trois lettres, non c’est pas BNP ou un autre nom de banque mais DSK.
    J’attends, tout comme vous, que ce dernier fasse une sortie aussi réussie et tonitruante sur la retraite par capitalisation ou le maintien du dogme sur le droit à la retraite à 60 ans.

    J'aime

  5. J’applaudis Ségolène et j’avoue avoir ri quand « le journaliste » s’est offusqué en disant « je ne peux pas vous laisser découper un confrère » (je paraphrase.)On est loin de l’autodafé tout de même !

    J'aime

  6. La gauche ne peut se passer d’une voix comme celle de Ségolène Royal qui touche bien davantage les salariés et les ouvriers qu’un DSK au service de la finance et qui défend le projet du gouvernement sur les retraites.

    J'aime

  7. Pingback: A la guerre comme à la guerre ou, de la fin et des moyens… | laetSgo le Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s