Une République en délabrement – #3 Le stade ultime de la corruption – Entretien vidéo de S. Tessier d’ANTICOR

Le conflit d’intérêts banalisé de la République
Le gouvernement qui sert des intérêts autres que l’intérêt général.
Rappel de la gestion sanitaire de la grippe H1N1 par R. Bachelot. Un cas d’école de conflit d’intérêts.
Fraude fiscale et le ministre du Budget E. Woerth dans l’affaire Bettencourt.
La loi sur les jeux en ligne qui favorisent les amis du pouvoir en place.
Un gouvernement qui s’est désarmé face à la fraude fiscale.
.
Environnement légal et politique propice aux conflits d’intérêts
Le gouvernement met en place un cadre légal qui pourrait amener la France au niveau de la Russie.
Quel est le seuil de tolérance de la population à la corruption ? Quel impact sur le vote ?
Une société de la débrouille, et le développement de l’économie parallèle.
.
La société de la corruption
L’idée de bien public a cédé la place à la société de marché où tout est monnayable. Une société primaire dont les relations s’exercent de dominants à dominés.
Retour sur le prisme médiatique de la corruption qui pointe souvent les corrompus et peu les corrupteurs.
.
Le cumul des mandats qui pose un réel problème démocratique. Une approche éthique de l’élu.
.
  • L’intégralité de l’éntretien :

.

[tweetmeme source= « Vogelsong »]

  • Articles connexes

La société de la corruption – SebMusset

Une République en délabrement – #2 La corruption de la démocratie

La corruption est l’affaire de chacun – SarkoFrance

14 juillet – Intox2007

Vogelsong – 15 juillet 2010 – Paris

Advertisements

15 réflexions sur “Une République en délabrement – #3 Le stade ultime de la corruption – Entretien vidéo de S. Tessier d’ANTICOR

  1. Pingback: Tweets that mention Une République en délabrement – #3 Le stade ultime de la corruption – Entretien vidéo de S. Tessier d’ANTICOR | Piratage(s) -- Topsy.com

  2. Des enveloppes chez les Bettencourt : des témoins font (un peu) avancer le schmilblick.

    L’ex-secrétaire d’André Bettencourt et l’ancien maître d’hôtel confortent les déclarations de Claire Thibout.

    Ils ont été entendus les 8 et 9 juillet par les enquêteurs de la brigade financière. Chantal Trovel, l’ex-secrétaire d’André Bettencourt et Pascal Bonnefoy, l’ancien maître d’hôtel du couple Bettencourt, ont raconté les pratiques en vigueur chez ceux qui les ont employés pendant plusieurs années. « Le Monde » s’est procuré les procès-verbaux de leurs déclarations.

    « Je savais que M. et Mme Bettencourt aidaient financièrement des personnes politiques ».

    C’est ce que Chantal Trovel a déclaré aux enquêteurs. Cette aide serait passée par un système d’enveloppe d’argent en liquide, comme l’avait déjà évoqué Claire Thibout, l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, lors de son audition.

    « Ces enveloppes, elles existaient », explique M. Pascal Bonnefoy, le majordome, cité par Le Monde. Les deux témoins ont cependant précisé n’avoir jamais assisté à une remise d’argent en liquide à une personnalité politique.

    D’après le récit de l’ancienne secrétaire aux enquêteurs, les Bettencourt recevaient de nombreuses visites de courtoisie. Parmi les visiteurs, Chantal Trovel cite les couples Barre, Lellouche, Woerth, l’ancien garde des sceaux Albin Chalandon, le philosophe Bernard-Henri Lévy, Claude Pompidou et Bernadette Chirac.

    Certaines visites étaient plus intéressées que d’autres. « Je savais que M. et Mme Bettencourt aidaient financièrement des personnes politiques. C’était une évidence que ces personnes venaient pour cela, » a raconté l’ex-secrétaire d’André Bettencourt. « Durant les périodes qui précédaient des élections de tous ordres, des personnes qui ne venaient pas d’habitude à la maison demandaient des rendez-vous auprès de M. Bettencourt ».

    Monsieur Pascal Bonnefoy dit n’avoir aperçu qu’une seule fois Nicolas Sarkozy entre 2002 et 2004. Il a par contre en mémoire « un grand dîner au cours duquel étaient conviés M.et Mme Woerth, M. de Maistre, M. Kouchner et Mme Ockrent ». Le repas a eu lieu au début de l’année 2007, selon les dires du maître d’hôtel, qui ajoute : « M.Woerth, je crois que c’est M.de Maistre qui l’avait invité. »

    Selon le témoignage de l’ancienne secrétaire de Monsieur Bettencourt, c’est lors d’entretiens discrets et sans témoin que l’argent s’échangeait.

    « M. Bettencourt avait dans son bureau un coffre contenant entre autres des grosses liquidités. Si une personne venait et qu’il avait la somme qu’elle lui demandait, alors il lui remettait les fonds », a-t-elle expliqué.

    Chantal Trovel a raconté qu’il était parfois arrivé qu’André Bettencourt lui dise, au sujet d’un visiteur : « Il est venu vraiment pour ce que je pensais ».

    http://www.lepost.fr/article/2010/07/15/2152688_affaire-bettencourt-deux-autres-ex-employes-parlent-des-enveloppes.html

    J'aime

  3. Pingback: L’Etat bradé | Le Blog de Gabale

  4. Bettencourt : de nouveaux témoignages sur les « enveloppes » aux politiques.

    Contrairement à ce que proclame la propagande élyséenne, des témoignages recueillis par les policiers crédibilisent les déclarations fracassantes de Claire Thibout, l’ex-comptable des époux Bettencourt, sur l’existence d’enveloppes en espèces ayant profité à des personnalités politiques, principalement de droite.

    Les dépositions d’un majordome et d’une secrétaire, et le témoignage d’un ancien chauffeur des Bettencourt à Mediapart (à lire ici), ne laissent guère de place au doute.

    http://www.mediapart.fr/journal/france/150710/bettencourt-de-nouveaux-temoignages-sur-les-enveloppes-aux-politiques

    J'aime

  5. L’audition de Patrice de Maistre met Eric Woerth en difficulté.

    D’après des procès-verbaux d’audition auxquels « Le Monde » a eu accès, la brigade financière traque bien le trafic d’influence et oriente ses investigations en direction du couple Woerth.

    L’enquête, ordonnée par le parquet de Nanterre, dans laquelle quatre personnes avaient été placées en garde à vue jeudi 15 juillet, a été ouverte pour blanchiment de fraude fiscale et trafic d’influence, elle vise donc également les conditions d’embauche de Florence Woerth, l’épouse du ministre du travail. Ce dernier devrait pour sa part être bientôt entendu comme témoin.

    La police dispose, depuis les perquisitions opérées dans les sociétés de M. de Maistre, d’une note datée du 31 août 2007. Un simple curriculum vitae de Mme Woerth, avec cette mention, en bas de page : « rémunération environ 200 000 euros (…) Je suis obligé d’en parler à LB, vu le mari 120 000 euros ».

    Interrogé, M. de Maistre s’explique : « Il s’agissait d’une note que j’ai dû amener à M. et Mme Bettencourt pour évoquer le recrutement de Mme Florence Woerth dans mon équipe. Cette démarche était due au fait que son mari était ministre, et que c’était donc sensible… », relate le gestionnaire de la fortune Bettencourt. Il l’assure aux policiers, « Mme Woerth ne représentait pas un risque majeur ».

    En 2006, donc, selon ses dires, il appelle Eric Woerth à la demande d’André Bettencourt, qui souhaite financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

    « Je l’ai [M. Woerth] vu ensuite deux ou trois fois début 2007, dit M. de Maistre, parce qu’il m’a demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière alors, me disait-il, qu’elle n’était pas entièrement satisfaite ».

    Florence Woerth est embauchée, avec à la clé un CDI, rémunéré 140 000 euros annuels, plus une prime de 60 000 euros et une voiture de fonction.

    Elle travaille pour le compte de la société Clymène, qui gère environ 1,3 milliard d’euros. Elle en a démissionné en juin 2010. Fin juin, Eric Woerth avait affirmé qu’il y avait « une muraille de Chine » entre ses activités et celles de son épouse.

    Dans les enregistrements clandestins, réalisés par le majordome Pascal Bonnefoy chez les Bettencourt, il apparaissait déjà clairement que cette embauche s’était faite à la demande de M. Woerth.

    « Quand je l’ai fait, disait ainsi M. de Maistre lors d’une conversation avec Mme Bettencourt, le 23 avril, son mari était ministre des finances, il m’a demandé de le faire (…). J’lai fait pour lui faire plaisir. »

    J'aime

  6. Maître Antoine Gillot est l’avocat de la comptable Claire Thibout et du majordome Pascal Bonnefoy, deux personnages clés de l’affaire Bettencourt. Il réclame le placement de la milliardaire en garde à vue.

    LE PARISIEN : Quatre proches de Liliane Bettencourt ont été entendus, plus de 35 heures, par les enquêteurs de la brigade financière. Qu’en retenez-vous ?

    ANTOINE GILLOT : Au risque de choquer, la question fondamentale me semble être celle-ci : pourquoi le parquet de Nanterre n’a-t-il toujours pas entendu Mme Liliane Bettencourt sous le régime de la garde à vue ? Son avocat, Maître Georges Kiejman, passe son temps à dire qu’elle est en pleine forme et qu’elle a toute sa raison. Le parquet a rejeté la plainte pour « abus de faiblesse » déposée par sa fille. Mme Bettencourt elle-même reconnaît qu’elle a commis une fraude fiscale et a annoncé qu’elle rapatrierait ses fonds en Suisse. Et on ne l’interroge pas ? Et on ne la met pas en garde à vue ?

    Pourquoi, selon vous ?

    Je vois deux raisons. La première, c’est que Liliane Bettencourt fait partie, en raison de ses liens avec le président de la République, de la caste des intouchables. Comme l’a révélé ma cliente Claire Thibout, l’héritière de L’Oréal est un des principaux bailleurs de fonds de l’Etat UMP. Elle a été reçue à l’Elysée alors que la procédure engagée par sa fille était toujours en cours. Les liens qu’elle entretient avec le plus haut sommet de l’Etat expliquent la mansuétude dont elle fait l’objet.

    http://www.leparisien.fr/abo-politique/liliane-bettencourt-doit-etre-entendue-en-garde-a-vue-18-07-2010-1004895.php

    J'aime

  7. Pingback: Nous ne sommes plus en démocratie « anticor.org

  8. LE FIGARO : Pourquoi refusez-vous de transmettre les enregistrements à Mme Prévost-Desprez, qui instruit un supplément d’information dans l’affaire Bettencourt ?

    LE PROCUREUR PHILIPPE COURROYE : Je ne souhaite pas répondre à cette question.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/07/21/01016-20100721ARTFIG00509-courroye-je-ne-suis-pas-homme-a-ceder-aux-pressions.php

    Traduction :

    Philippe Courroye est lui-même mouillé dans le scandale Bettencourt.

    Le scandale Bettencourt-Woerth est en réalité un scandale Bettencourt-Woerth-Courroye.

    Les preuves sont lisibles sur le site du journal LE POINT. Lisez les enregistrements secrets :

    http://www.lepoint.fr/societe/document-affaire-bettencourt-les-enregistrements-secrets-05-07-2010-1211175_23.php

    J'aime

  9. Nouvelles révélations : l’agenda qui accuse Woerth et Maistre.

    Dans son édition de ce samedi 24 juillet, Marianne publie un fac-similé de l’agenda 2007 de Claire Thibout, l’ex-comptable de Liliane Bettencourt.

    Première surprise : à la date du 18 janvier 2007, 13h30, Claire Thibout a inscrit : « Patrice de Maistre, RV Mme Bettencourt », suivi d’une flèche indiquant sur la page de droite : « pour donner enveloppe qui donnera à Patrice ». Claire Thibout affirme que, ce jour-là, elle a remis une enveloppe contenant 50.000 euros en liquide.

    Mais deuxième surprise, à laquelle Marianne n’a pas tout de suite prêté attention : à la date du vendredi 19 janvier, 8h30, elle a inscrit : « Patrice et trésorier ». Or, dans l’agenda 2007 de Patrice de Maistre, saisi par les policiers de la brigade financière, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt a noté, le même jour à la même heure, un rendez-vous avec Eric Woerth « au café ».

    1) Cette information prouve, à l’évidence, que depuis le début de cette affaire, Claire Thibout est bien informée lorsqu’elle évoque des remises d’enveloppe à des politiques.

    2) Le rendez-vous « Patrice et trésorier », inscrit dans l’agenda de la comptable, le lendemain de la remise d’enveloppe, ne laisse-t-il pas entendre clairement qu’il s’agissait de remettre à Eric Woerth, en tant que trésorier de l’UMP, les 50.000 euros remis la veille ?

    http://www.marianne2.fr/Nouvelles-revelations-l-agenda-qui-acuse-Woerth-et-Maistre_a195610.html

    J'aime

  10. Le 21 décembre 2006, Liliane Bettencourt demande à sa comptable Claire Thibout d’aller retirer à la banque DEXIA la somme ahurissante de 100 000 euros en liquide !

    Lisez cet article :

    http://www.marianne2.fr/Nouvelles-revelations-dans-l-affaire-Bettencourt-le-cheque-de-100-000-euros-qui-accuse-_a195352.html

    Et après le 21 décembre 2006 ?

    Après le 21 décembre 2006, que sont devenus ces 100 000 euros en liquide ?

    La réponse est là :

    Nouvelles révélations : l’agenda qui accuse Woerth et Maistre.

    http://www.marianne2.fr/Nouvelles-revelations-l-agenda-qui-acuse-Woerth-et-Maistre_a195610.html

    J'aime

  11. Pingback: Paroles que tous ces « maux » là | Le Blog de Gabale

  12. Ecoutez cet enregistrement sonore. C’est la voix de Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt :

    Ci-dessous, Patrice de Maistre, le 23 avril 2010, à propos du conflit d’intérêts de Florence Woerth :

    « Je me suis trompé quand je l’ai engagée. C’est-à-dire qu’en fait, avoir la femme d’un ministre comme ça, ce n’est pas un plus, c’est un moins. Je me suis trompé. Pourquoi ? Parce que comme vous êtes la femme la plus riche de France, le fait que vous ayiez une femme de ministre chez nous, tous les journaux, tous les trucs disent : « Oui, tout est mélangé, etc. » Bon. J’avoue que quand je l’ai fait, son mari était ministre des Finances (du Budget, NDLR), il m’a demandé de le faire. Je l’ai fait pour lui faire plaisir. »

    http://www.mediapart.fr/journal/france/280610/bettencourt-pourquoi-eric-woerth-ne-dit-pas-la-verite

    J'aime

  13. Les riches donateurs de l’UMP sont protégés.

    Les riches donateurs de l’UMP ont le droit de frauder le fisc.

    Les riches donateurs de l’UMP sont même récompensés lorsqu’ils fraudent le fisc : ils obtiennent la Légion d’Honneur !

    Trois exemples :

    1- Le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a reçu les insignes de la Légion d’honneur des mains d’Éric Woerth, alors ministre du Budget, le 23 janvier 2008.

    2- Robert Peugeot a reçu la Légion d’honneur au siège de PSA, avenue de la Grande-Armée, des mains d’Eric Woerth, début juin 2010.

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Les-lingots-de-Robert-Peugeot-203209/

    3- Alain-Dominique Perrin a été promu en 2009 au rang de Commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’honneur, décoration remise par l’ex-premier ministre M. Jean-Pierre Raffarin.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain-Dominique_Perrin

    Conclusion : les riches qui financent l’UMP sont au-dessus des lois. Ils ont le droit de frauder le fisc. Pour les récompenser, ils sont même décorés de la Légion d’Honneur.

    La Vème République est en train de pourrir.

    J'aime

  14. Affaire Karachi : selon l’avocat des parties civiles, le parquet protège Sarkozy.

    Lors d’une conférence de presse, mardi 14 septembre, Maître Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi qui avait tué 14 personnes dont 11 Français en 2002, s’en est vivement pris au procureur à Paris, qui cherche, selon lui, à protéger Nicolas Sarkozy dans l’enquête.

    « J’accuse le procureur de la République de Paris de vouloir étouffer un scandale d’Etat qui touche le président de la République. »

    C’est par des mots sans équivoque que Maître Olivier Morice a stigmatisé, mardi 14 septembre, le procureur Jean-Claude Marin, chef du parquet de Paris.

    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/affaire-karachi-selon-l-avocat-des-parties-civiles-le-parquet-protege-sarkozy_919498.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s