Le parti socialiste se soigne au « care »

« J’attends de voir comment M. Aubry va expliquer la société du « care » à l’ouvrier en plasturgie du Puy-en-Velay« . Une petite pique aigrelette de L. Wauquiez. Lui, toujours dans le pragmatisme et l’action. Le secrétaire d’État à l’emploi n’aura jamais aussi bien saisi l’esprit du temps qu’en une seule phrase. Le jeune loup de la feue sarkozie volontariste, aujourd’hui stérile et sans levier, s’en remet aux petites formules pour qualifier les atermoiements des ses rivaux de gauche. Il prononce le mot « ouvrier » oublié par le Parti de J. Jaurès, qui s’en remet à des vocables duveteux. Refus du conflit face à la politique de balivernes, c’est une communication de désolation que traverse la politique française.

Le « care »

Cela fait plusieurs semaines que l’on voit fleurir des termes relatifs à l’éthique du « care » dans le discours de M. Aubry. Après les élections régionales elle déclarait : “(les Français ont voté)…pour retrouver une société plus douce, juste, du vivre ensemble”. La machine à phosphorer du Parti socialiste a donc trouvé son créneau sémantico-idéologique. Un concept importé directement des États-Unis, où depuis 30 ans il suscite de constants débats. C. Gilligan en 1982 publie « In a different voice » dont la thématique tourne autour du féminisme. Elle conçoit une orientation morale distincte comme essentiellement « genrée ». L’identité masculine se construirait autour de l’individualisme et la distinction, l’identité féminine tendrait vers la préservation, la sollicitude. Cette valorisation des traits féminins soulève de nombreuses critiques, notamment parce qu’elle engendre le « dilemme de la différence ». Mettre en valeur la complémentarité des traits féminins de façon positive pour lutter contre les inégalités peut tout autant marginaliser les femmes (pour les mêmes spécificités). Face à ce « féminisme culturel », J. Tronto en 1993, élargira l’idée du « care », pour l’universaliser. Elle « le » définira comme suit : « Une activité caractéristique de l’espèce humaine, qui recouvre tout ce que nous faisons dans le but de maintenir, de perpétuer et de réparer notre “monde”, afin que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nos personnes et notre environnement, tout ce que nous essayons de lier ensemble dans le réseau complexe qui soutient la vie. » Le directeur de la fondation J. Jaurès, G. Finchelstein parle de « soin mutuel ». Le Parti socialiste s’en empare pour promouvoir son projet politique dans la perspective des élections de 2012.

Appropriation de circonstance

Après la débâcle de 2007, B. Hamon réclamait une gauche décomplexée face à une droite ivre de sa victoire, qui ne s’excusait plus de rien, quelles que soient ses impérities. De gauche décomplexée, il n’y eut que des déclarations d’intention durant quelques mois. Puis retour aux fondamentaux d’une communication axée sur des valeurs sociétales. Comme si la formation majoritaire de gauche n’avait pas perçu les mutations profondes qu’avait subies la société française. Constatation d’autant plus inquiétante qu’elle en fut actrice majeure pendant 25 ans. Coproductrice de la société de l’individualisme et du libéralisme économique (un peu) tempéré.
Car c’est bien de communication dont il est question. Comment présenter un visage avenant en rupture avec les pouacres du sarkozysme ? Dans ce cadre il s’agit plutôt de puiser dans un lexique cohérent, mais de circonstances pour opposer une alternative à la brutalité (supposée ?) de la politique menée par le gouvernement de droite. « Soin », « souci », « sollicitude », « dévouement », « vulnérabilité » sont opposés à la raideur sécuritaire, l’aveuglement économique d’un exécutif plus idéologique qu’on ne le suspecte. À l’instar de l’UMP de 2003 à 2007, le PS se cherche une homogénéité « gramscienne » pour conquérir le pouvoir. À l’inverse de l’UMP, le PS se place en total contretemps avec le réel. Si la mode est au retour de l’État pour soutenir les acteurs économiques (banques, assurances) qui ont failli, les réformes engagées continuent de visser les budgets à finalité solidaire. Directement victimes de la crise, les travailleurs grecs, par exemple, voient l’âge légal de la retraite passer de 58 à 67 ans. En France, secteur après secteur, le service public (Poste, Assistance publique) et les instruments de redistributions (impôts) sont peu à peu démantelés. Au profit d’une partie spécifique de la population.

Une communication gagnante ?

La sollicitude dans la politique est une mauvaise réponse. L. Wauquiez et ses amis de l’UMP ont conquis le pouvoir sur des valeurs fortes, en phase avec la violence sociale ambiante. Le PS empêtré dans le refoulement de son subconscient marxiste se débine. Encore. Le combat politique passe d’abord par la parole, puis viennent (peut-être) les actes. L’expérience montre que l’hiatus entre les deux conduit à la défaite. Face aux ravages que produit la crise économique, et à l’inflexibilité des orthodoxes libéraux, qui ne lâcheront pas un pouce de terrain, on oppose une vision molle des rapports sociaux. On s’en remet à des concepts (de circonstances, certes mais) éthérés à mille lieues des défis à relever. Un glossaire de bons sentiments substitué au combat sert d’assise argumentaire pour s’opposer à la machine réaliste des communicants UMP.
De plus, comment un parti nombriliste qui se déchire pour des questions d’ego peut-il prôner à l’extérieur le concept du « care » ? G. Finchelstein expose : « Le care, …, c’est le souci des autres« . Ne croyant pas si bien dire, au parti socialiste, l’autre est un souci taraudant, car présidentiable. L’autre, un ennemi qui doit calancher.

Parfait petit sournois, L. Wauquiez appuie sur ces contradictions. Lui, qui avec ses amis rabâchait la culture du résultat, la responsabilisation face à ses initiatives et autres foutaises de campagne électorale. Aujourd’hui devant l’abîme de son bilan, et la stérilité de ses actes au gouvernement, il s’en remet à la petite phrase mesquine. Légataire d’un modèle de société diamétralement opposée au « care », il se réjouit de sa victoire. Car il peut mesurer l’écart qui sépare le PS et ses nouveaux éléments de langage de ce que le « laisser-faire » mode « lutte des classes libérale » a pu accomplir. Du réel en somme. Il se réjouit, car il ne sera jamais sanctionné. Tant la réponse et les solutions semblent décalées. Ni en symbole, ni en acte.

Le « care » n’est pas un concept « new-age » pour gentils citoyens. C’est une vision théorique et sérieuse basée sur une réflexion sociale aboutie. Par contre, piocher dans ses concepts pour bâtir une communication de campagne ne semble pas sérieux. D’autant plus qu’elle est en complet décalage avec le réel. Le réel c’est L. Wauquiez qui stigmatise les chômeurs, les malades, les retraités, à qui l’on oppose un peu de sollicitude. En effet, l’ouvrier en plasturgie du Puy en Velay ou d’ailleurs, dont la durée de cotisation est en passe d’être allongée sans que F. Hollande ou M. Valls ne s’y oppose, risque de trouver limité l’idée de « sollicitude », de « soin » ou de ‘tendresse ». Lorsque dans l’isoloir, il s’agira de décider en conscience, de l’élection du futur chef de l’État.

Vogelsong – 30 avril 2010 – Paris

[tweetmeme source= « Vogelsong »]

care

Advertisements

22 réflexions sur “Le parti socialiste se soigne au « care »

  1. Je découvre ce concept via ton billet (c’est de l’anglais en plus, non ?)…alors c’est la nouvelle « arme idéologique » du PS ? la tonalité de ses éléments de langage pour riposter à l’offensive sarkozyste (qui est bien pragmatique et terre à terre, elle : dans les mots ET les actes) ? Bisounours’world…déconnexion totale…on n’est pas prêt de museler/abattre le chien enragé de la finance et du capitalisme déchainé/désinhibé avec un PS conciliatoire pareil !

    J'aime

    • L’éthique du « care » est un concept intéressant. Tu écouteras les discours de M. Aubry.

      En même temps quand une bonne partie des militants apprécie DSK ou Valls, pas d’étonnement

      J'aime

  2. Bonsoir camarade,

    Interessant ce billet. Tu t’en doutes, j’émets quelques réserves quant au prétendu « libéralisme » qui aurait prévalu pendant les 25 dernières années.

    Je pense que le malheureusement pour lui, le PS est bel et bien coincé. Les propositions de gauche « classiques » ne font plus recette : augmentation des taxes, augmentation des largesses redistributives, subventions, allocations, tout cela ne convainc plus l’électeur, j’en veux pour preuve que c’est justement sur la promesse de ne pas augmenter les impôts et de mener une politique de réduction des déficits que Sarko s’est fait élire en 2007. Hélas, depuis 2007 que fait Sarko ? il augmente les impôts là où ça se voit le moins (ou pas, ex: taxe carbone), il a creusé les déficit de l’Etat comme jamais depuis dix ans, il développe un interventionnisme généralisé et un accroissement massif des lois (LOPPSI, HADOPI, etc etc.). Bref, de mon point de vue, Sarko a tué le PS en lui prenant son gagne-pain. C’est d’ailleurs pour cela que le PS, s’il arrive au pouvoir en 2012 (et je suis de ceux qui pense qu’il va y arriver) va faire une politique de droite, comme tous les gouvernements de gauche au pouvoir l’ont fait avant. Donc, il n’a pas de segment politique à gauche, il ne peut pas non plus aller à droite au risque de se cogner les coudes avec l’UMP, il ne restait plus que le segment un peu rêveur du care (dont j’ai essayé de montrer ce qu’il pouvait avoir de pervers ici : http://tinyurl.com/2epq52m). Les propositions ne suivent pas hélas. Que dit le care du problème des retraites par exemple ?

    Cela dit, je crois que peu importe le programme que se donne le PS, il ne l’appliquera pas en 2012 s’il est élu.

    (un tout petit détail : il me sembe que Joan Tronto est une femme, ce qui explique un peu ses positions philosophiques…)

    au plaisir d’une nouvelle empoignade :)

    Benoît

    J'aime

    • Joan est effectivement une femme. Et je le savais…

      Concernant la tendance de libéralisation et de l’individualisation de la société, je n’y reviendrai pas. Beaucoup de libéraux livresque estiment que la France est quasiment un pays communiste. À ce niveau de clivage, rien n’est possible.

      J’ose espérer qu’un autre politique de gauche à un avenir. Et hors de propos lénifiant emprunté à un lexique de circonstance.

      La spéculation électorale m’est totalement étrangère.

      Concernant les « empoignades » ce fut un plaisir, néanmoins je ne crois pas y prendre gout.

      J'aime

  3. @Benoit :

    L’imposition n’est pas de gauche ! Seule l’imposition progressive l’est !

    L’UMP ne crée que des taxes totalement injustes, cela n’a rien à voir avec une politique de gauche.

    J'aime

      • Enfilage de perles dominical….

        Sarkozy et ceux qu’ils représentent sont issus d’un courant social, qui fait passer l’intérêt des travailleurs au premier plan. Il ne cède à aucune ferveur entrepreneuriale.

        Le prochain qui vient m’emmerder (ici) « avec Sarkozy n’est pas libéral », je le dégomme.

        J'aime

        • C’est hélas une évidence. Ceux qui affirment que Sarko est libéral sont simplement des personnes qui connaissent bien mal le libéralisme ou qui répètent de façon mimétique ce qu’en disent les médias.

          J'aime

        • De plus tu viens m’expliquer que je suis débile en répétant le façon mimétique ce que disent les médias.

          Prodigue tes avis peremptoires sur une supposée ignorance ailleurs…. « C’est hélas une évidence… »

          J'aime

  4. @Ben :

    Tu es bien ignorant : Sarkozy est un libéral du point de vue français.

    Libéral sur l’axe économique mais pas plus ou moins autoritaires sur les droits.

    C’est ce que les américains appellent les néo-conservateurs.

    Bref, en voulant te la péter, tu fais une erreur de taille. Voire la politique française sous un prisme anglo-saxon. Mais c’est un classique des libéraux ;)

    J'aime

  5. « Le “care” n’est pas un concept “new-age” pour gentils citoyens. C’est une vision théorique et sérieuse basée sur une réflexion sociale aboutie. Par contre, piocher dans ses concepts pour bâtir une communication de campagne ne semble pas sérieux. »

    Attendons de voir comment Aubry compte « armer » le concept, l’inscrire dans un véritable projet de société alternatif. Pour le moment, il donne plutôt l’impression de faire office de ciment de façade permettant de souder une majorité interne en mal de cohérence. Un bon point pour Aubry néanmoins, la technocrate arrive enfin sur le terrain des « valeurs ».

    J'aime

    • Zeyes, le problème de cette majorité en mal de cohérence, c’est qu’elle voit son camarade comme un ennemi. D’où la limite du « care ».

      Tu as néanmoins raison, voyons comment cela va évoluer. Je doute pourtant que cela soit un leitmotiv gagnant par les temps qui courent.

      J'aime

  6. Le problème c’est que la politique ne se soucie guère des « visions théoriques ». Aubry a sorti ce concept issu d’une note d’un de ses collaborateurs qui l’a trouvé sur wikipedia, parce qu’elle a pensé que c’était beau – ça l’est – et ambitieux.
    Mais une fois au pouvoir, il faut gérer les choses de façon très pragmatiques. Le « care » sera complètement oublié par le président PS en 2012…

    J'aime

    • « Aubry a sorti ce concept issu d’une note d’un de ses collaborateurs qui l’a trouvé sur wikipedia »
      Je ne sais pas si c’est ça, mais c’est très drôle.

      Et effectivement, c’est un élément de communication

      J'aime

  7. Et pourquoi ne pas lui laisser le bénéfice du doute ?

    Cela ne repose pas sur Wikipedia mais sur les travaux du Laboratoire des idées :
    http://www.parti-socialiste.fr/laboratoire-des-idees

    Déjà avec le post-matérialisme, on avait vu une amorce de réflexion. Le « care » ou plutôt la société du soin mutuel (plus compréhensible en français) prolonge cette réflexion.

    Là ou je suis d’accord, c’est qu’il faut rapidement décliner ces positions philosophiques en réforme et en slogan.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s