Un républicain à l’assaut des médias : J.L. Mélenchon

J.L. Mélenchon est un bon client des médias. Gouaille, finesse, esclandres, sa présence sur un plateau promet du sang, des cris et du spectacle. Il porte cependant un jugement lucide sur la comédie qu’il doit jouer à chaque passage dans le grand barnum journalistique. Ancien plumitif de la presse régionale, il déconstruit les us, travers du métier qui selon lui révèle une perversion profonde du monde contemporain. Un monde de clients plus que de citoyens, où l’intérêt particulier, soumis aux desiderata égoïstes supplante la sagesse républicaine du choix hors préjugés, où le citoyen sorti de son humus pense le collectif, pour le meilleur.

Idéal républicain

La vertu républicaine suppose que l’individu se détache de ses petits affects, de ses petites volontés égotiques pour penser la société, le bien commun. La République est ce qui est bon pour tous par delà les choix individuels étriqués. Cette façon d’aborder les rapports sociaux est en complet décalage avec le modèle individualiste et libéral qui baigne les sociétés contemporaines. Pour penser l’intérêt général, il est nécessaire que tous les citoyens soient correctement éclairés. Outre l’instruction dispensée par le système scolaire, la manière de transmettre l’information est primordiale. La hausse du niveau d’instruction aurait pu laisser penser que le peuple sortirait de la révérence par rapport à la parole officielle. Au milieu du 20e siècle, ce fut un objectif atteignable. Pourtant, avec l’avènement des médias de masse, ce sont des vérités immanentes proférées à longueur de journée qui l’ont emporté, malgré tout. L’esprit critique n’a pas étendu son emprise, l’ère médiatique a tout renversé, tout inondée par un flot continuel d’informations disparates, impossibles à traiter, à analyser par une humanité normale. Pour que le système républicain fonctionne, il faut des républicains. Manifestement, avec le libéralisme, les choses ont pris un autre tour.

Critique des médias de masse où toute parole est un mensonge

Bien que sensées, les ruades habituelles sur l’appartenance des grands groupes de presse aux puissances de l’argent ne suffisent pas. Il est fondamental de dépasser cet aspect, pour critiquer l’ambiance générale distillée par la presse, la contextualisation qu’elle impose au consommateur d’information. Le meta-discours imposé par la sphère médiatique fonctionne sur le mode suspicieux où toute parole, tout dialogue est vain. L’Homme en proie à sa libido, son inconscient est supposé ne pas dire la vérité quand il communique aux médias. Toute parole consciente de rend pas compte de la réalité. On dépeint le politicien comme un menteur, nécessairement. Foin de son programme politique, de son argumentation structurée pour étayer une idée, un concept, une idéologie. Le journaliste par inclinaison naturelle se borne à débusquer le mensonge dans la part d’ombre des Hommes politiques. Gratter jusqu’à l’authenticité, l’intimité. Ce qui est vrai n’est pas ce que l’on dit, mais ce que l’on ne veut pas dire. Le flagrant délit de mensonge est le point d’orgue de la vérité. “Qu’est ce qu’il y a de plus vrai que ce que vous ne voulez pas dire ?”. La marque de la vérité se niche donc dans le mensonge. C’est la “perversion même de l’idée de débat”, un retournement du concept de dialogue. La sphère publique est oblitérée au profit des gourous de la vulgate, psychanalystes, ecclésiastes, journalistes, figures de la vérité révélée. Professionnels de la flagrance.

Formatage – Reformatage

Toute parole est mensongère ou confuse. C’est l’ère du décryptage journalistique. Sous couvert de clarification, la grande presse recalibre tout ce qui est dit dans la sphère politico-médiatique. Les rubriques de redites foisonnent, où pullulent les « autrement dit », “decryptage” ou “en clair”. Car les idées avancées par les hommes politiques sont de fait confuses, mais jamais complexes, ou intelligentes. Les journalistes se proposent alors de tronçonner le tout en bâtonnets comestibles et aseptisés, digérables par le plus grand nombre. Engoncer le nouveau phrasé débarrassé de ses oripeaux, pour délivrer aux lecteurs, à l’auditeur, une version “correcte” de ce qui se pense couramment.

La tendance est aussi à la mascarade télévisuelle. Où l’on peut tout dire sans être contredit, comme dans l’émission de TF1 où N. Sarkozy était confronté à des Français . Sous la houlette du journaliste-terroir, J.P. Pernaud le président de la République a pu affirmer tout ce qu’il voulait sans être contredit sur le fond comme “La France est le pays où l’on paie le plus d’impôts en Europe” qui est totalement faux, ou discréditer les quotas laitiers sans en discuter sérieusement. Singeant la proximité, cette émission est un “attentat à la vie de l’esprit”.

Les plateaux de télévision lors des débats sont concoctés pour que cela saigne et qu’aucune pensée cohérente de plus de 20 secondes ne puisse être exprimée. Quand c’est le cas, le journaliste se démène pour hacher le propos. Ces dispositifs télévisuels n’ont qu’un seul objectif qu’il y ait du rythme que ça canarde aux dépens du fond du débat. Enfin, le formatage s’impose idéologiquement, sur l’Europe ou l’économie de marché par exemple. La pensée dominante véhiculée avec zèle par les éditocrates constitue la “cotisation minimale au cercle de la raison”. Sous peine de profond mépris.

Le cas Peillon – A. Chabot une vache sacrée

Pousser à la déconsidération de l’autorité que représente N. Sarkozy, mais surtout des larbins qui l’entourent relève de l’hygiène intellectuelle. Quand V. Peillon laisse E. Besson, M. Le Pen à leurs turpitudes lors de la soirée mitonnée pour le gouvernement par A. Chabot, il commet un acte salutaire et efficace. On a parlé de lui, « la dérision est toujours efficace » et on a oublié les tristes sires de cette soirée. D’autre part, le plus grand nombre ne regarde pas ce type d’émissions “chiantes”, « avec des gens qui ont l’air d’être mal » : des choses bien plus édifiantes, meurtres, poursuites, violence sont retransmises ailleurs. L’attitude du PS révèle le seul écueil de cette affaire. La soumission aux injonctions des puissants et respectés présentateurs de télévision, “A. Chabot, une vache sacrée du paysage médiatique, quand elle est couchée dans la rue, il faut contourner”.

J.L.Mélenchon, qui veut opposer le démontré au péremptoire, déplore la mort de la méritocratie. Le système médiatique tel qu’il fonctionne l’enterre continuellement. Tout effort de travail est vain, la connaissance des dossiers, l’argumentation architecturée ne représentent rien puisque tout passe par le prisme d’un système vérolé, hiérarchique autocensuré aux bons soins du pouvoir. Ce mode d’information avec comme arrière-plan un meta discours officiel, basé sur la suspicion, les désirs individuels est une subversion complète de la sphère publique. La régulation collective estompée, seuls comptent les clients consommateurs d’informations. Cela tombe bien pour le libéralisme économique.

Vogelsong – 31 janvier 2010 – Paris

Articles connexes :

Advertisements

25 réflexions sur “Un républicain à l’assaut des médias : J.L. Mélenchon

  1. Bonjour

    De mon point de vue, médias et politiques  » mangent dans la même gamelle », celle de la pêche à la majorité, d’électeurs potentiels pour les uns, de clients potentiels apporteurs d’audimat pour les autres.
    Ceci explique pour moi les conflits fréquents entre politiques et médias et les luttes d’influence entre ces 2 pouvoirs.
    A ce jeu, les médias, qui tiennent le micro et la caméra, partent gagnants à priori.

    Maintenant, en face, il y a l’opinion publique qui, par sondages successifs, affirme régulièrement sa méfiance vis à vis de ces 2 pouvoirs, mais qui, dans la réalité, est toujours prête à se laisser berner par les 2, soit par la croyance aux promesses des uns aux élections, soit aux mensonges des autres, « ceux qui parlent dans le poste ».
    Pour moi, une belle mascarade, digne de la comedia d’el arte.

    A noter que pouvoir médiatique et pouvoir politique se sont trouvés un ennemi commun à combattre : le « net », qui vient maintenant  » manger dans leur gamelle ».

    René Jourdren

    J'aime

      • C’est vrai que le net devient l’objet de toutes les convoitises, médias et politiques eux-mêmes s’y implantant.
        Ceci dit, c’est un outil de liberté ( pas de vérité puisqu’on y trouve tout et son contraire)relativement récent et il va nous falloir sans doute apprendre à nous en servir.
        En attendant je vois mal comment, sans être un spécialiste de la question, un pouvoir quelconque pourrait se l’approprier.

        J'aime

  2. 1) Deux coquilles sans importance : « Sous la houlette du du journaliste-terroir » et « la « cotisation minimale au cercle de la raison« « .

    2) Totalement d’accord sur le fond mais la question qui vient est : que fait-on ?

    J'aime

    • Merci pour les coquilles. J’ai un problème pour passer de open office à WordPress, mes guillemets s’en ressentent…

      Que faire…

      Penser. Écrire. Voter…

      Je ne sais pas.

      J'aime

  3. Pingback: Tweets that mention Un républicain à l’assaut des médias : J.L. Mélenchon « Piratage(s) -- Topsy.com

  4. Pingback: “S’opposer de manière utile et constructive” | Owni.fr

  5. Pingback: Besancenot et la Burqa utile du sarkozysme | Reversus

  6. Pingback: Jean-Luc Mélenchon et les blogueurs « Le monde de Sophie

  7. Pingback: Méluche | Reversus

  8. Pingback: Les éditocrates quittent le navire ? | Reversus

  9. Pingback: J.L Mélenchon sur tous les fronts médiatiques | Reversus

  10. Pingback: De la vulgarité « Piratage(s)

  11. Pingback: Mélenchon et nos adversaires « Les coulisses de Sarkofrance

  12. Pingback: N. Chomsky, W. Heisenberg, J.L. Mélenchon et J. Aniston « Piratage(s)

  13. Pingback: Mélenchons et les Médias, dernière salve | Reversus

  14. Pingback: La propagande du quotidien | Pearltrees

  15. Pingback: » intox2007 Melenchon, compteur d’histoires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s