Management fatal

À France Telecom, stigmate purulent du mal-être au travail, on sécurise le bâtiment pour que le suicide ne se produise pas dans l’entreprise. X. Bertrand, le gentil patron de l’UMP, parti qui gouverne la France depuis 2002, veut faire « l’autopsie des suicides ». Les temps sont à l’individualisme, la glorification de la valeur travail et la société du produit. On élit des présidents sur ce thème, on construit des vies sur ce concept. On en meurt aussi, mais pas tout le temps.

HareX. Bertrand se réclame de l’individualisme, de la responsabilité. Pour le chef du 1er parti de France, le travail est l’alpha et l’oméga de l’activité humaine. Seul le travail créerait de la richesse, seul le travail permettrait de la répartir. À l’actif de l’UMP et ses affidés, le rallongement légal de la durée du travail. Les futurs retraités partiront plus tard. Théoriquement. Les salariés devront turbiner davantage. Aussi. On permet à l’employeur et au salarié de se séparer plus facilement, dans une sorte de consentement pacifique et mutuel. Tout cela dans un contexte d’équarrissage des services collectifs non marchands. La paix est déclarée entre les intérêts antagonistes. Le travail pour ceux qui ne le fréquentent pas prend des atours tempérés, un environnement de cravatés épanouis.

La réalité est tout autre. Le management a pris le pouvoir. Édulcorer le réel, vaincre en douceur les rétivités. Endosser le costume du manager, c’est prendre le parti de l’asservissement par le verbe et la méthode. Ces hyperactifs du brassage de concepts ont pour seul et unique objectif d’arracher un consentement enthousiaste pour l’accomplissement de tâches banales ou rébarbatives. Pour une grande partie de la population, le travail sous l’angle de l’épanouissement personnel est un but, non une réalité. Pour une grande partie de la population, le travail est vécu comme un état transitoire « sisyphien » où demain sera mieux grâce à l’évolution de carrière. Pour une grande partie de la population, à la fin des fins, à l’heure des bilans, un seul terme résume une vie entière d’activité : frustration.

D. Linhart, sociologue au CNRS*, évoque le chassé-croisé des valeurs entre le secteur public et le secteur privé. Ce qui fait sens c’est le rapport aux autres, le service que l’on rend à la collectivité. Son intrication dans la société. L’aigreur des salariés du privé envers ceux du public tient principalement à la finalité du travail de chacun. Pour une immense majorité des « créateurs de valeur » du secteur marchand, l’horizon professionnel s’arrête à l’achat et la vente d’un produit (de la cuvette WC à la chaîne HI-FI) ou à la réalisation de séquences qui, même complexes ne forment pas une finalité émancipatrice. Générer du chiffre d’affaires, atteindre un objectif abstrait pour un Homme intègre, ne peut suffire. Les méthodes modernes de management incorporent des aspects éthiques, des chartes, de l’investissement personnel et du « collectif ». Mais ces « pseudo » implications s’avèrent caduques. Il n’y a aucun socle réel à ces assertions. Il est impossible, malgré une rhétorique ciselée, de donner du sens à un non-sens. On se réveille toujours, plus ou moins brutalement, de cette anesthésie managériale. Expliquer aux vendeurs de téléphones portables qu’ils exercent une activité positive pour eux et leurs semblables relève de fariboles. À terme, pour beaucoup la plaisanterie s’achève. Ceux qui leur ont affirmé ça s’en rendent compte, aussi, avec le décalage temporel dû à leurs émoluments. De plus, le turnover imposé au salariat depuis 30 ans ne plaide pas en la faveur du paradoxe don de soi/précarité. À un moment, la conscience émerge, névrosée. Une situation intenable où la démonstration sous sa forme la plus paroxystique se manifeste par le meurtre ou par le suicide.

Généralement, la violence sourde reste contenue. L(e)'(auto)contrôle passe par l’absorption d’antidépresseurs ou la fuite dans des addictions. Pour les plus robustes, la colère est rentrée, les mâchoires serrées. Dans ces cas, pas de bruit, tant que les conséquences sont « propres ». Le système infini de production doit continuer sa besogne. On affirme benoitement que les Français, aux vues d’études et sondages, sont globalement heureux au travail. Ils s’égayeraient avec passion dans la confection d’objets inaccessibles et inutiles. Et à ce train, ils travailleront guillerets et gratuitement dans un avenir tout proche.

La souffrance à France Telecom est abordée comme un épiphénomène. La gauche tombe dans le panneau en demandant la tête de D. Lombard, le président du groupe. Mais ce n’est pas la démission d’un cynique, aux méthodes crasses qui sur le coup d’un décès parla de « mode des suicides », qui changera quoi que ce soit au monde du travail. La gauche comme à son habitude n’est plus capable de penser autrement la société. À droite, on évoque comme de coutume les problèmes strictement personnels des suicidés. Plus à un contresens près, les mêmes qui prônent l’investissement corps et âme dans le travail écartent la responsabilité des entreprises lors de ces drames par l’argument « personnel ». Tout est finalement affaire de communication et de visibilité. Une semaine, le PIB, et la production sont mis au pilori parce qu’incapables de rendre compte réellement du progrès d’un pays**. La suivante, les mêmes se réjouissent d’une croissance retrouvée***. Ce n’est pas la mort d’un salarié qui choque l’oligarchie, mais le symbole mortifère qu’elle inflige au monde de la production.

* Les méthodes managériales du secteur privé envahissent le secteur public. Le secteur privé se dote de chartes éthiques pour simuler des comportements vertueux.
 Pour le malheur de tous "Travaillez sans les autres ?" Danièle Linhart - Seuil
** Rapport J. Stieglitz suivi du discours pontifiant du président N. Sarkozy
**les suicidés par l'activité qu'ils ont générée ont, à un degré infinitésimal, créé de la croissance

Vogelsong – 29 septembre 2009 – Paris

Publicités

9 réflexions sur “Management fatal

  1. Pingback: Twitted by Left_blogs

  2. Il y a effectivement une individualisation qui permet au manager de diviser les salariés… et d’avoir plus d’emprise sur chaque salarié, de le faire culpabiliser…

    On observe d’ailleurs le même phénomène de suicides au ministère de l’équipement, un ministère pilote en matière de réforme des services de l’Etat…

    J'aime

  3. Permettez-moi d’apporter un son de cloche légèrement différent :
    – les écrits de Mme Linhart semblent intéressants, cependant ils semblent souffrir d’un biais de gauche assez marqué. Ce n’est pas un reproche, c’est une constatation. De là à dire que du coup, toutes ses conclusions concernant les entreprises iront vers plus de nationalisations, il n’y a qu’un pas.
    – sans vouloir jeter le discrédit sur le professionnalisme de M. Joseph Stieglitz, mais il a écrit en 2002 un rapport pour le Congrès américain sur Fannie Mae et Freddie Mac où sa conclusion est que le risque de défaillance de ces deux entreprises est de une sur 3 000 000 (trois millions). Moins de cinq ans plus tard, patatras. Donc je prendrai ses conclusion avec des pincettes.
    – après ces deux commentaires sur les personnes citées, je me permets de vous proposer mon analyse, où j’arrive à la conclusion que les suicides chez FT sont un non-évènement. C’est un peu dur, mais cela me semble vrai : http://mondodingo.blogspot.com/2009/09/la-vie-des-autres.html . voir aussi http://mondodingo.blogspot.com/2009/09/un-message-pour-mroland-muzeau.html

    Pourriez-vous me donner votre avis? Merci d’avance.

    J'aime

  4. Un jour viendra où les salariés, qu’on a amenés à se concurrencer dans l’entreprise, au lieu de se jeter par les fenêtres y jetteront les présidents et les DRH.
    A ce moment là on entendra d’autres DRH dire, l’air surpris et la main sur le coeur, « Mais enfin, pourquoi diable n’ont-ils pas demandé l’ouverture de négociations ? ».
    La peur du vol sans assistance mécanique et non préparé sans doute…
    Sans compter le risque de croiser des fourches ou des manches de pioche à la sortie de la boîte…

    J'aime

  5. Discipline quand tu nous tiens !’_- Ajoutez à ça que pour aider au contrôle des producteurs, les syndicats de « lutte » et de « défense de la classe ouvrière » sont aussi très forts. Existe-t-il quelque part une institution, une organisation libératrice dans une entreprise managée ?

    J'aime

  6. Reste que la diffusion de cette vidéo ne va pas arranger les affaires de Didier Lombard, en pleine polémique sur le stress au travail et les restructurations brutales de France Télécom. Sur les 24 suicides recensés depuis 18 mois dans l’entreprise, un technicien de ce centre de recherches et de développement de Lannion s’est donné la mort dans la nuit du 29 au 30 août, rappelle Mediapart.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20091003.OBS3432/quand_le_pdg_de_france_telecom_voulait_mettre_fin_a_la_.html?idfx=RSS_notr&xtor=RSS-17

    Cette vidéo est un scandale insupportable.

    Comme le dit cet article, il y a eu 24 suicides en 18 mois chez France Télécom.

    Maintenant, nous devons résilier nos abonnements Orange / France Télécom.

    Maintenant, nous devons demander la démission de cette ordure.

    J'aime

  7. Pingback: Le management pensé comme un hachoir au service de géants aux pieds à fragiliser « Donjipez Words

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s