Entre « paparazzade » et interview à brûle-pourpoint aux Solidays

Signe des temps, l’existence virtuelle des blogueurs se « rematérialise ». C’est parmi le beau linge au carré VIP des Solidays que s’égayent quelques internautes en goguette. Sur fond sonore électrifié, la linkosphère côtoie des grands de ce pays. Entre « paparazzade » et interview à brûle-pourpoint.

imagesL’événement très consensuel des Solidays est l’occasion de contempler un envers du décor. Table en tek, ambiance cosy, le grand monde déambule détendu, sauf le nouveau ministre sarkozyste F.Mitterrand. Mâchoires serrées, sur ses gardes, il est disposé à lâcher quelques mots, mais uniquement sur la manifestation. De quoi passer son tour. Et il passera.

J.P.Huchon, le président de la région Île-de-France, ôte sa veste, s’installe souriant. Flanqué de quelques satellites, l’homme pressé se concentre illico sur ses étranges interlocuteurs. Il prête son temps et son attention à ces ovnis de l' »infosphère ». Pas de fioritures festivalières pour cet amateur de rock, il est tout de suite mis à contribution par des questions sur la situation du PS. Il compare d’emblée le congrès de Reims, ses résultats cataclysmiques à l’épilogue du film « Zorba le Grec », lorsque la mine s’écroule et qu’il danse le Sirtaki et s’écrie, « n’avez-vous jamais vu d’effondrement aussi merveilleux !« . Le ton est donné. Dans cette perspective, les résultats électoraux épouvantables et le déclin du parti ne sont pas une surprise. Sur le positionnement, « il faut arrêter de se demander si on est trop à gauche, trop à droite« . Selon le président de la région, il faut proposer un projet solidaire,  face de celui de N.Sarkozy qui n’a que pour seul objectif de séparer. Les études mandatées par le staff du président de la région montreraient que « la solidarité » est une valeur forte et demandée par les citoyens.
Dans la perspective de 2012, J.P.Huchon ne fait guère de mystère de sa préférence pour D.Strauss-Khan. Il souhaite fermement le retour du FMI de l’ancien ministre des Finances. Ensuite, il devra réussir le rassemblement de toute la gauche, là, le ton reste prudent. C’est pourtant le schéma habituel de l’accession à la mandature suprême. L’émergence de l’Homme, la mise en place du projet et l’agrégation des forces autour de lui. « Est-ce que je suis candidat moi ? » lance-t-il dépité en évoquant la pléthore de candidats à la candidature pour 2012.
De son point de vue, le parti socialiste n’est pas assez sévère avec les trublions qui donnent du grain à moudre à N.Sarkozy à longueur d’année. Ceux qui lui donnent des arguments pour diviser et décrédibiliser la gauche.
J.P.Huchon est déjà en marche vers les élections régionales de 2010. Face à son équipe, le parti présidentiel aligne V.Pécresse. Plutôt optimiste et s’appuyant sur son bilan, J.P.Huchon affirme, badin, qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance. La fraîche débâcle des élections Européennes pousse à l’humilité.
Le MODEM est toujours une question épineuse, « qui peut se passer de 8% à 10% des voies ? » assène-t-il, quand on lui parle de la ligne officielle de M.Aubry. En effet, la situation sur le terrain est délicate. L’application des oukases de Solferino sonne creux quand les élus locaux se frottent au scrutin. Dans certaines régions, se posera l’alternative : peut-être perde avec le MODEM ou sûrement perdre sans lui. Pas tendre avec le leader centriste F.Bayrou, qu’il qualifie de « problème à lui seul », il n’exclut pas la renaissance de ce dernier. « Je me méfie des hommes politiques que l’on donne pour morts« . Sans mystère il parle de son entente cordiale dans la gestion de la région avec les centristes qui « sont clairement dans l’opposition (à l’UMP) ». Les Verts, après leur récente percée présenteront une liste, « on verra au deuxième tour…« .
Face à N.Sarkozy qu’il dépeint comme autocratique, J.P.Huchon coopère pleinement sur les questions de développement de la région pour l’avancement des projets. Afin de ne pas apparaître comme le frein, le prétexte, au blocage de l’essor du « Grand Paris« . Une posture politique qu’il veut constructive.
J.P.Huchon s’y reprendra à deux fois pour finir cordialement l’entretien, car happé par l’arrivée du nouveau ministre de la Culture. Immédiatement suivi de l’ancien, J.Lang, toujours dans le sillage des résidents de la rue de Valois.
Le dimanche clôture en apothéose notamment à l’écho des chants antifascistes italiens interprétés par Mouss & Hakim et l’arrivée, veste à l’épaule, d’un X.Bertrand replet et fier de lui.

Vogelsong – 29 juin 2009 – Paris

Advertisements

5 réflexions sur “Entre « paparazzade » et interview à brûle-pourpoint aux Solidays

  1. Je ne sais pas si votre compte-rendu des mots de Jean-Paul Huchon est triste, carrément pathétique ou simplement emblématique de la situation. Nous avons là affaire à un président de région qui a beaucoup promis, et dont de nombreux électeurs espéraient une vraie synergie avec Delanoe pour faire en pratique un Grand-Paris. A ce niveau-là, c’est l’échec complet, et quand on lit le blog « Paris est sa banlieue » , on s’aperçoit que le sieur Huchon n’y est pas pour rien.

    Par ailleurs, quand Jean-Paul Huchon parle des (bons) résultats de son mandat, il me semble qu’il ignore la gigantesque baffe qui arrive : en tant que président du STIF, c’est lui qui n’a RIEN fait depuis son élection (et se fait voler le pouvoir de proposition par un Sarkozy qui n’attendait que cela) pour lancer concrètement un RER en couronne de Paris. C’est lui qui permet que la ligne 1 soit « porte-paliérisée » avant la 13 en contradiction avec les annonces qui avaient été faites (et les criantes nécessités de la population Nord de Paris dans le domaine) . C’est lui qui a augmenté le budget pub du STIF sur les transports en communs et s’est engagé dans une féroce bataille d’image avec la RATP (que de forces perdues) . C’est enfin lui qui (par l’intermédiaire du STIF) permet à la RATP de remplacer les humains par des machines dans la ville la plus touristique du monde, faisant désormais faire le travail de la RATP par les parisiens.

    Le problème n’est pas seulement dans la com’ « plus à gauche » ou « plus à droite » : il est aussi dans l’action politique une fois l’élection gagnée. Dans la mégalopole parisienne, croire qu’on a fait un bon mandat sans avoir aucun résultat concret à faire valoir dans le domaine des transports en commun après 5 ans me semble être une belle erreur.

    PS : je n’oublie ni les noctiliens ni l’allongement d’une heure des métros le week end, toutefois cela me semble très insuffisant compte tenu du retard parisien dans le domaine (comparativement aux villes de même envergure touristique et/ou économique, ainsi que des nécessités criantes autant en termes de fréquentation actuelle que de réduction de l’usage des énergies fossiles) . Je ne tiens pas non plus compte des affichages des horaires à la minute près tant ceux-ci sont constamment défectueux (et contrastent par exemple avec l’élégante solution bruxelloise qui se compose d’un indicateur de la position des métros/tramways).

    PPS : Sinon, la musique était bien ?

    J'aime

  2. @moktarama

    J’espère que des gens proche du président de région liront votre commentaire.
    Je relate aux mieux. triste ou pathétique, faites votre choix.

    Ah la musique ?
    Alela Diane, Syd Matters,Piers Faccini, the creature, sympas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s