Le sécuritaire en sécurité

Le sécuritaire est le Fort Alamo de la droite. La violence, un fond de commerce. La victime, un client. Il exhale dans ce pays un fumet fétide. Un mélange de vieilles recettes rances, accommodé de technologies de contrôle et de gestion communicationnelle. La décomposition organique du corps social opérée en 2002 atteint le stade fossile ; visqueux, poisseux et nauséabond.

Les fondamentaux
Quand fleurent les postes grassement rémunérés, la machine à faire peur se met en branle. C’est une manie, un tic, une psychopathologie, la droite sort son képi à l’approche de chaque scrutin. Il rappelle à son électorat et aux hésitants que le monde est très dangereux. Et ce, par des démonstrations dont on ne cache plus l’instrumentalisation. Les événements de la gare du Nord à l’orée des présidentielles, la descente de 1 000 policiers à Villiers-Le Bel en février 2008, juste avant les élections municipales. Le scrutin européen approche, les « blacks blocs » saccagent un quartier populaire de Strasbourg lors d’un sommet international. Selon les paroles du président « il n’y a eu aucun dysfonctionnement« . L’aubaine, d’une pierre, coup double. On réinstaure un sentiment d’insécurité pré-insurrectionnel dans un contexte international avant un vote à portée internationale. La magie du hasard.
C’est à Nice, un 21 avril, que N.Sarkozy renoue avec ses antiennes sécuritaires. Il est accueilli par le fidèle pantouflard C.Estrosi, dont le principal fait d’armes n’est pas l’affrètement d’un Falcon 900 pour être à l’heure à un apéritif, mais le dépôt en 1992 un projet de loi pour rétablir la peine capitale. Devant une cohorte d’uniformes rutilants, le chef de l’UMP fustige les bandes, prend courageusement la défense des victimes, vitupère les pacifistes cagoulés dans les manifestations. Rien d’original, si ce n’est un cran de plus dans l’inflation sécuritaire. N.Sarkozy aime tant s’adresser aux tripes de ses concitoyens. Il sait par expérience que c’est un retour immédiat sur investissement.

L' »Alliomarisme »
Crispée dans un tailleur année 60, le* ministre de l’intérieur est au diapason des nouveaux préceptes ultra sécuritaires préconisés par le Parano-Businessman A.Bauer. Sur les tablettes, caméras de surveillances partout, discours monolithique et saturation médiatique. Le ministère de l’Intérieur veut enregistrer tout le monde et sous toutes les coutures. Le nombre de caméras sur la voie publique passera de 20 000 en 2008 à 60 000 à 2009. Aucune étude indépendante sérieuse ne prouve la corrélation entre l’augmentation des dispositifs de filmage du citoyen et la baisse de la criminalité. Le coût de « la protection filmée » s’élève, par exemple, à Marseille à 1 600 000 €**.
M.Alliot-Marie jacasse, puissamment. Un staccato indescriptible qui impose une prouesse de concentration pour qui veut suivre plus de dix minutes. Elle n’est pas adepte du « parler cash », quintessence de la langue de bois en vigueur au gouvernement. À propos de l’incarcération de J.Coupat, le birbe ministre déclare que « ce ne sont pas les journaux qui rendent la justice« . Ils sont pourtant utiles et conviés lors des arrestations spectaculaires, à Tarnac par exemple. Elle déclare lors de l’interview donnée à France Inter que « les CRS avaient été irréprochables« , niant le « caillassage » filmé des manifestants lors du sommet de l’OTAN. Ardente zélatrice de la vidéo, elle n’aurait pas visionné les fichiers montrant les forces de l’ordre caparaçonnées lancer des pavés sur le manifestant. Elle fait l’impasse sur les violences faites aux personnes qui ont augmenté de 14 %. Et finalement, l’horloge soulage tout le monde. Mensonges froids, reniements tendus, mépris.

La lutte contre l’insécurité est un leurre. Pour la droite, c’est le contrôle de l’ordre social qui motive les mesures politiques. La manœuvre consiste à entretenir l’insécurité pour accentuer la pression sécuritaire. Réduire l’insécurité entraînerait le tarissement de la manne élective. C’est dans ce cloaque gluant et empesté que brasse paisiblement la droite française.

*Elle tient elle-même au masculin, consciente de sa féminité
** Selon la Ligue des droits de l’homme

Vogelsong – 21 avril 2009 – Paris

Publicités

14 réflexions sur “Le sécuritaire en sécurité

  1. Ceux qui pensent que le néolibéralisme, c’est le « moins d’Etat » devraient méditer le bilan de la décennie. Des déficits abyssaux et 116 modifications du Code pénal depuis 2002.

    Comme cela avait déjà été observé aux Etats-Unis, le néolibéralisme consiste à faire passer les pouvoirs de l’Etat de sa main gauche (éducation, social, environnement) à sa main droite (police, prisons, armée).

    J'aime

  2. J’applaudis à deux mains ! .. Mais je me demande si cette tactique va encore avoir un impact alors que la priorité de beaucoup est de sécuriser ..leur pouvoir d’achat. Et là, toutes les vidéos du monde n’y feront rien.

    J'aime

  3. ce qui est fou, c’est que la droite nous met en place une société forcément dangereuse (risque de perdre son boulot, incapacité de faire garder ses gosses quand on est pas riche, pas de budgets insertion, aide à la création d’entreprise pour les plus riches etc…) puis après surfe sur le feu qu’elle a foutu à la société.

    J'aime

  4. Comme tu l’as clairement dit, la lutte contre l’insécurité, c’est l’éternel fond de commerce de Sarkozy. Je crois que la manœuvre consiste effectivement à rassembler ses élections surtout en ces périodes de tensions sociales et puis à faire diversion, bien évidemment…

    J'aime

  5. Pingback: Hortefeux montre son vrai visage… | Reversus

  6. Pingback: Hortefeux, la religion du chiffre | Reversus

  7. Pingback: Bruno Le Roux : « L’esbroufe a pris le pas sur les réformes » | Reversus

  8. Pingback: Nicolas Sarkosy | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s