Seul à droite

« Et c’est un vieux pays, la France, d’un vieux continent comme le mien, l’Europe, qui vous le dit aujourd’hui, qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie. Un pays qui n’oublie pas et qui sait tout ce qu’il doit aux combattants de la liberté venus d’Amérique et d’ailleurs. Et qui pourtant n’a cessé de se tenir debout face à l’Histoire et devant les hommes. Fidèle à ses valeurs, il veut agir résolument avec tous les membres de la communauté internationale. Il croit en notre capacité à construire ensemble un monde meilleur. »
Dominique Galouzeau de Villepin – ONU – 14 février 2003

C’est dans une langue impeccable en 2003 que D.Galouzeau de Villepin incarna pour la dernière fois la France sur la scène internationale. Depuis, l’héritage de C.de Gaulle est dilapidé, en gesticulations ridicules et par un alignement sur l’empire décadent. Archétype parfait de la bourgeoise, dans son habitus, ses manières, l’ancien premier ministre symbolise les valeurs de la droite républicaine française. Seul à faire entendre sa voix dans une formation politique tétanisée. Remarquable par sa candeur, ses erreurs, mais aussi son courage, son panache. Il est un homme de droite, respectable.

loupDans l’exercice du pouvoir comme chef du gouvernement, D.Galouzeau de Villepin montre des lacunes. Il les paie encore. Pourtant, tout commence bien : en exercice de 2005 à 2007, il bénéficie d’emblée d’une très bonne opinion, en particulier grâce à un physique de vieux beau, et une indéniable classe. Il cède à la « peopolisation » lors d’une sortie de bain pectorale. Il inaugure le style flamboyant après l’idiot utile J.P.Rafarin. Il est aussi dans la lignée des hommes politiques cultivés, érudits. Dans la pratique, c’est un digne représentant de la droite conservatrice. Il fait intervenir la maréchaussée face aux syndicalistes de la CGT à Marseille. Il sortira vainqueur de ce bras de fer. L’embrasement des banlieues d’octobre 2005 met aussi D.Galouzeau de Villepin à contribution. Plus de 5 000 véhicules partent en fumée. Là aussi, sécuritaire, il impose un couvre-feu de trois mois. La situation s’apaise, au moins temporairement. La France adore.
C’est le social qui va sceller son destin présidentiel. Outrepassant les mises en garde de son mentor J.Chirac, il s’entête dans la mise en œuvre du CPE (contrat première embauche). Un contrat de travail précaire pour les jeunes. L’opinion se retourne. Au gouvernement, certains dignitaires se font porter pâle et soutiennent en sous-main la contestation. À deux ans des échéances, c’est le bon calcul. Ils assistent goguenards au lent naufrage du premier ministre. Finalement englouti. L’épilogue est ubuesque, le président en personne annonce dans une intervention mémorable la promulgation, mais la non-application du texte. Et la chiraquie ne s’en remettra pas.
Au lieu d’abandonner son poste au très actif ministre de l’Intérieur, D.Galouzeau de Villepin s’accroche au maroquin. Par sens du devoir selon certains, pour préserver la droite française selon d’autres. En sus l’affaire Clearstream dans laquelle il est soupçonné de complot. En 2007, il finit son mandat exténué. Incapable d’honorer son ambition présidentielle. Le flamboyant se transforme en figurant atone de la campagne.

D.Galouzeau de Villepin est énarque, issu de la même promotion que F.Hollande et S.Royal, il ne s’est jamais présenté devant le suffrage universel. Membre de l’UMP, il est le seul qui fait entendre une voix discordante dans la majorité verrouillée post 2007. Il prend ses distances avec les nouvelles pratiques. Lettré, il aborde la politique de manière plus classique. Même s’il est sensible aux apparences, D.Galouzeau de Villepin ne conçoit pas le gouvernement comme un casting de faire-valoir. La sélection de 2007 est une litanie de « bras-cassés », des Finances (C.Lagarde) à la justice (R.Dati) en passant par l’intérieur (B.Hortefeux-E.Besson), c’est l’incompétence qui préside. On a même inventé des ministères « de témoignage » (M.Hirsch et F.Amara). La droite ne doit pas manquer pas d’hommes de qualité, et dévoués ? Et l’histoire en regorge.
Accompagné de quelques fidèles, il critique ouvertement la gestion déviante du pouvoir. Sur le plan économique, il demande plus de justice dans les décisions et pointe le manque de concertation : « Ce que je crois, c’est qu’à un moment donné, il faut être capable de s’arrêter 24 heures. S’arrêter 24 heures et revoir les politiques, la politique que l’on mène pour se poser la question: « est-ce que c’est la bonne politique ? Est-ce que c’est une politique qui rassemble ou au contraire, c’est une politique qui divise ?« . D.Galouzeau de Villepin est, et reste un homme de droite, conservateur. Pourtant, J.L.Mélénchon lors d’un débat à la maison de l’Amérique latine avait senti chez lui une profonde prise de conscience sur l’état du monde et les miracles la main invisible.
C’est sur le plan institutionnel qu’il prend sa dimension. L’homme a fait ses preuves sur le plan international, domaine réservé du chef de l’état. Tous se souviennent de son discours historique à l’ONU. Le titre II de la constitution de 1958 énonce les prérogatives du président de la République, aujourd’hui pratiquement caduques. Le premier ministre et son gouvernement ont été biffés. On ne lit ça nulle part dans le texte, mais une coutume vieille de deux ans fait loi : le président fait tout, et même plus. Dans ce contexte le parti conservateur n’est que l’ombre de lui-même. Transi d’effroi par peur de la trique, mais maugréant en catimini devant l’affligeant spectacle du pouvoir ; la France a besoin d’un président.

L’UMP règne symboliquement sur le paysage politique, même si les dissensions internes sont bien plus importantes qu’il n’y parait. Ce parti est une clique de barons obséquieux. La politique de pacotille et événementielle y est pour beaucoup. D.Galouzeau de Villepin avec ses raideurs a pourtant la stature, la culture, l’épaisseur d’un homme d’État. D’un leader modéré de formation politique majeure.

La démocratie se nourrit de joutes, de défaites, de déceptions, de victoires. Il y a des adversaires que l’on se plait à rencontrer, à contrer, à battre. Mais aussi le temps d’alternances; reconnaitre leurs victoires, concédant que cela fait partie des règles. Il est des adversaires avec qui c’est un honneur d’être en désaccord, franchement en désaccord. Le panache en politique est une denrée rare en ces temps d’ivresse de pouvoir. Où à gauche comme à droite on capitule face aux appels de la gamelle. À ce jour, D.Galouzeau de Villepin se retrouve au sein de l’UMP comme en mai 1968 à Caracas lorsqu’il fit grève : Seul.

perle

Vogelsong – 2 mars 2009 – Paris

Advertisements

15 réflexions sur “Seul à droite

  1. ce thème je le rabache depuis 6 ans

    mais il ne faut pas non plus partir du constat que sarkozy est indigne, peu ou pas républicain, pour conclure que seule l’exigence intellectuelle et l’esprit républicain doivent déterminer les échéances futures: c’est déjà le pari de Bayrou, le créneau est assez large pour intégrer Villepin, mais à ce train là la gauche ne pourra pas faire valoir les débats de fond au sein des républicains.

    (tiens ça va faire « autopromo » mais par ex:
    http://sauce.over-blog.org/article-25594497.html
    http://sauce.over-blog.org/article-16315871.html
    http://sauce.over-blog.org/article-10099420.html
    http://sauce.over-blog.org/article-5221320.html
    http://sauce.over-blog.org/article-5399311.html)

    J'aime

  2. Eh bien voilà, nous pouvons l’affirmer, Vogelsong est de droite. ;-)

    Vrai qu’il y a quelques similitudes de parcours entre Villepin et De Gaulle… La seule fonction élective qu’a connue De Gaulle, c’est la présidence… Mais sinon, Villepin a une dose de cynisme et de filouterie que n’avait pas De Gaulle, lui qui n’a pas fréquenté l’ENA ni les cercles technocratiques de la Ve République…

    Pas sûr qu’il fasse un bon présidentiable en fait. Sarkozy a réalisé un virage complet en 2007 : idéologique, sociologique, générationnel, communicationnel… Villepin, tout brillant qu’il est, symbolise un retour à l’ancien temps à tous les niveaux. Si la sagesse recommanderait à la droite de se gaulliser un peu vers plus de social, c’est je pense la seule concession que l’électorat global lui pardonnerait.

    J'aime

  3. oups,

    j’ai envoyé un com précédent qui n’est pas passé

    en bref, avec sarkozy au pouvoir il y a un clivage républicains/bonapartistes qui s’est mis au-dessus du clivage droite gauche, et Villepin comme Bayrou cherchent à se positionner là-dessus, mais ne voir que ça finira par faire passer les débats de fond droite-gauche à la trappe: c’est le syndrome chirac 2002.

    J'aime

  4. « Je resterai proscrit, voulant rester debout » Victor Hugo.

    Bel article. Dominique de Villepin est l’un des derniers espoirs qu’il nous reste…

    J'aime

  5. Pingback: Section socialiste de l’île de Ré » Seul à droite

  6. Tours pareil, le culte de la personnalité. Comme s’il n’y avait pas en France des hommes et des femmes de haute niveau, capable de faire aussi bien sinon mieux ? Toujours les hommes providentiels ! Et énarque en plus. Triste époque

    J'aime

  7. Message transmis par Dati à Villepin:

    « Dites à Villepin que la composition du tribunal correctionnel a été faite méticuleusement par Patrick Ouart (le conseiller justice de Nicolas Sarkozy) pour s’assurer de sa condamnation. »

    Le Canard Enchaîné, 29 mars 2009, p.3

    J'aime

  8. Pingback: Comment l’affaire Clearstream relance Villepin | Le Volontaire

  9. Pingback: Villepin, l’alternative républicaine | Reversus

  10. Villepin est le nouveau idiot utile de Sarkozy. Il serait temps que la gauche de droite du PS (DSK, Malek Boutih, Julien Dray et Jean-Christophe Cambadélis entre autres) et le centre du Modem et les Verts (Cohn-Bendit et d’autres) réagissent avec construction en mettant en oeuvre un projet progressiste capable d’être une alternative crédible au sarkozysme.

    J'aime

  11. Pingback: ruminances old style » Petites nouvelles de la toile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s