Un échange inégal avec A.Minc

« Vous avez combien de connexion jours ? Que je pèse votre poids« . C’est en faux béotien qu’A.Minc jauge une infime partie de la blogosphère dans les locaux de Vendredi Hebdo. Très décontracté et d’une extrême assurance, il a prodigué sa clairvoyance sur la France, le monde, l’Internet à des blogueurs citoyens manifestement pas à la hauteur dans « un échange inégal« .

A.Minc, marxiste
mincFaussement subversif, A.Minc se réfère souvent au marxisme. Le rapport de force est au centre de ses démonstrations. Il se présente sans complexe comme un membre de la classe dirigeante. Il aborde les problèmes en évaluant les partis par leur poids, leurs potentialités, leur valeur monétaire. Ensuite il déploie sa dialectique selon une grille idéologique très marquée à base de puissance et de servitude, « le propre du capitalisme est de transformer en argent le bénévolat » : très sarkozien finalement. La campagne présidentielle américaine laisse des traces. »L’Internet est un continent autre« , il vient alors se frotter à des ennemis jusque-là sans visage dont la force est difficilement mesurable. Mais il pressent la nuisance potentielle, le bruit de fond numérique critique du sarkozisme a atteint l’Elsysée. Quand il s’agit de pouvoir, en Sarkozie, on ne laisse rien au hasard.

Le populisme de la rue, la démocratie des sondages
La situation sociale de la France est délétère. Satisfait, le cosmocrate loue la qualité du travail des syndicats pour éteindre la colère en organisant une petite promenade mensuelle, dégourdissant pieds et esprits frondeurs. Qui fait de la CGT, CFDT les deux plus grands clubs de randonnée urbaine et pédestre de l’hexagone avec 2 et 3 millions de participants lors des derniers événements. Un vrai succès. Il célèbre l’action de N.Sarkozy pour favoriser les deux grandes centrales syndicales. Pour A.Minc, « ils sont formidables« . Manifestement elles le lui rendent bien. Comme tous les libéraux, il pointe le faible taux de syndicalisation et de représentativité des organisations pour assoir son discours. A.Minc se prononce très favorablement pour des syndicats plus fournis et (donc) plus conciliants (encore). Le conseiller spécial du Président raille les fonctionnaires qui ont un salaire indexé. Ils ne subissent pas l’appauvrissement du secteur privé. C’est l’antienne des conservateurs fustigeant les agents de l’état privilégiés qui n’ont qu’à se tenir tranquilles, car choyés. Il s’emporte, la rue ne gouverne pas, « c’est du populisme et on sait où cela mène« , tout en révélant, jovial, dans la foulée un sondage diligenté à l’hebdomadaire Marianne qui donne N.Sarkozy écrasant tous ses adversaires lors d’une présidentielle : Populisme dit-on !

L’art de la division
Manipulant parfaitement la division, il oppose le secteur privé et les autres, les « authentiques » victimes de la crise du capitalisme. La sarkozie en cette saison fait dans le compassionnel discriminant. Compartimenter, saucissonner, atomiser est la technique habituelle de la droite pour instaurer sa domination. Il oublie (ou feint d’oublier) que la société existe. Les acteurs interagissent au-delà de leurs classes, de leurs statuts. Les professeurs prennent de plein fouet l’appauvrissement de leurs élèves dont les parents sont précarisés. Les cheminots ont des enfants, de la famille, des amis qui peuvent vivre dans l’emploi intérimaire. Les maladies professionnelles ou la précarité dues au stress impacte le secteur de la santé. Mais il est bien plus profitable de fragmenter le corps social pour susciter des dissensions et manipuler les oppositions. Un extrait du guide de survie en temps de crise pour le pouvoir.

Continence ponctuelle
A.Minc joue sa partition en demandant de la continence à ses amis milliardaires, du moins jusqu’à ce que les choses reprennent leur cours normal. L’opinion prise en ciseaux devrait ainsi se montrer patiente, l’ordre maintenu, la paix conservée. Et sans l’once d’une remise en question des privilèges des nantis. Le mot d’ordre étant le statu quo fiscal quoiqu’il arrive. On ne lâche rien. Le bouclier fiscal bien que symbolique est l’exemple aveuglant sur lequel le pouvoir s’arcboute. À la fin des fins, l’objectif est de reprendre l’orgie au même point d’interruption. Comme H.Guaino, il ne voit aucun autre système que celui du marché en terme d’efficience et d’évolution. Une affirmation péremptoire qui déclencha de frénétiques hochements de tête parmi de cossus blogueurs parisiens « Un mauvais système, mais le moins pire« . Une randonnée dans les favelas d’enfants véreux devrait être au cursus des hommes de pouvoir des pays dits développés*. De plus, il ne distingue aucune limite psychologique ou physique à cette utopie dispendieuse.

« Dans tout écologiste sommeille un pétainiste »
A.Minc est manifestement hermétique à l’écologique. L’ordre immanent passe par une équation simple : la croissance infinie et l’énergie nucléaire, régulées par le protocole de Kyoto. Il a rencontré Y.Arthus-Bertrand qu’il prend pour un écologiste, en tire une maxime percutante, « dans tout écologiste sommeille un pétainiste !« . S’emportant contre la dictature verte, « Je préfère la démocratie des hommes à celle des petits oiseaux et des fleurs« . Un peu court sur toute la ligne. Le concept de décroissance l’horripile notoirement. Cohérent, A.minc ne veut rien partager. En effet, la pénurie chez les plus pauvres est telle que s’ils devaient consommer moins cela leur serait insupportable. Jamais le concept d’une décroissance avec redistribution du sommet vers le bas ne lui vient à l’esprit. Il est inconcevable de lâcher des miettes même lorsque l’équilibre global est en jeu. Mais malheureusement ces sujets ne seront pas approfondis. Penser que le protocole de Kyoto est suffisant, faire une confiance aveugle à Areva. Le faux nez de l’utopisme libéral et conservateur qui se veut pragmatique et gestionnaire.

La bonne parole sarkozyste
Stratège de la politique intérieure, il n’a pas de mots assez forts pour débiner F.Bayrou qu’il qualifie de « pétainiste soft », et pour lui « Ségolène à côté […] est un stakhanoviste« . Il désigne aussi C.Estrosi et F.Lefevbre comme des poupées de son de la scène médiatique. Finalement pour A.Minc « la politique c’est avoir M.Hirsch et F.Lefevbre dans le gouvernement« . Une question de casting somme toute. L’empreinte Sarkozyste surement.
Les blogueurs peu prolixes sur N.Sarkozy n’ont pas permis à l’éminence grise de porter la bonne parole. Il le fera lors d’une ultime relance. Prétendant que N.Sarkozy est un OVNI détesté des bourgeois. Un trublion incontrôlable, un bon gars proche du peuple, qui en a les manières. Les bourgeois le détestent pour sa versatilité. Ils préfèrent l’austère triste F.Fillon. C’est (évidemment) un conte de fées pour blogueurs neurasthéniques et journalistes installés. A.Minc veut faire oublier les avantages fiscaux, la loi TEPA, la politique sécuritaire, la démagogie législative (un fait divers, une loi). Mais surtout il oublie que les bourgeois votent avec leur calculette. La rusticité culturelle, comportementale et linguistique du Président est plus probablement due à la paresse décadente d’une vie opulente.
De plus, affubler certains de ses opposants de « pétainisme » est sidérant dans la bouche d’un zélateur de celui qui : siphonne les voies du FN, pratique la politique de la gamelle, remplit les charters et organise les quotas d’immigrés de couleur, fait pression sur les médias, muselle internet, annonce une loi par fait divers, insulte ses concitoyens, etc…

A.Minc est indéniablement sympathique et dispose d’une bonne dose d’humour. Il consacre une heure de son capital temps à deviser avec des citoyens/internautes insignifiants (médiatiquement, il vaut mieux préciser avant de déclencher des ires égotiques). L’homme est ouvert et curieux. Il ne croit pas en un changement de paradigme avec blogs, « signifiants, mais pas significatifs« . A.Minc, c’est l’intelligence, la connaissance, l’esprit brillant et synthétique mis à disposition d’Ubu, le sarkozisme. Pour un libéral qui veut le « bien » de la cité, c’est un choix peu efficient.
Narcissique, individualiste et servile, le blogueur se révèle un interlocuteur facile. Les politiques saisissent rapidement le rapport de force. Ils comprennent que la déstabilisation n’est pas à l’ordre du jour. Le discours alors ronronne. Le blogueur se fane en acquiescements. Le prince n’a finalement pas tort de n’y voir aucune menace.

*Démagogie. Pour persister et juger de l’efficiente répartition des richesse du capitalisme, la vibrante description des favelas de J.Ziegler dans ‘l’empire de la honte » p.206

Vogelsong – Paris – 31 mars 2009

Publicités

22 réflexions sur “Un échange inégal avec A.Minc

  1. Bon, dis donc, ton article ne donne pas envie de rencontrer ce brillant décomplexé.
    Contente de n’avoir pas consacré de temps à ce genre de personnage qui n’écoute que lui-même et ses comparses…Et pas surprise du tout qu’il ait l’oreille de nos gouvernants.
    ça me donnerait presque envie d’aller faire la révolution pour faire le ménage « la-haut » et leur passer l’envie de ne regarder le monde qu’à travers leur nombril.

    J'aime

  2. Le cosmocrate loue la qualité du travail des syndicats pour éteindre la colère en organisant une petite promenade mensuelle, dégourdissant pieds et esprits frondeurs. Qui fait de la CGT, CFDT les deux plus grands clubs de randonnée urbaine et pédestre de l’hexagone avec 2 et 3 millions de participants lors des derniers événements.

    Tellement vrai et tellement bien dit!

    J'aime

  3. Sait-on que par exemple en allemagne ou en suède il faut être adhérent à un syndicat pour faire partie des bénéficiaires d’une avancée éventuellement obtenue? ça explique un peu les différences de syndicalisation

    J'aime

  4. Très beau papier – médiatiquement, quelques blogueurs ne sont rien en effet, c’est le nombre et la mise en réseau de blogueurs toujours plus variés qui auront seuls une chance de peser un jour – fort heureusement, c’est précisément face à ce nombre et cette mise en réseau que les tactiques sarkoziennes perdent prise et intérêt

    J'aime

  5. C’est intéressant, comme tu le soulignes, cette obsession du pétainisme. En fait, je pense qu’il n’y a pas besoin de réfléchir longtemps: c’est le livre de Badiou qui est passé de travers.

    Oui, Sarkozy est une sorte de continuateur de Pétain, Minc le sait. Accuser Bayrou d’être un Pétain (ou un Le Pen?), c’est de bonne guerre. Mais traiter Yann Artus Bertrand de Pétain vert, là ça fait franchement sourire.

    J'aime

  6. Marie-Laure
    J’ai un sentiment mitigé. De là à ne pas y aller? Je ne crois pas. Je ne sais pas si tu as écouté. On a fait ce qu’on pu.

    Cratyle
    L’entreprise est exténuante.

    Etiam
    :)

    Martin P
    C’est bien quand tu t’énerves

    Juan
    Il est venu nous visiter je pense

    Eric
    Minc lire Badiou ? Ca a de la gueule. :)

    Je regrette de ne pas avoir eu la présence d’esprit de poser une question : Est-ce normal que le président d’une démocratie ne puisse plus approcher à moins de 15 mètres d’un citoyen normal sous peine d’être conspué ?

    Merci d’être passé

    J'aime

  7. Il t’aurait répondu que c’était arrivé à Mitterrand. Et tu aurais été obligé de vérifier si Mitterrand ne s’était pas de temps en temps fait huer.
    Ça ne veut rien dire. En fait, les déploiement policiers en disent plus sur la paranoïa de Sarkozy que sur son impopularité. Sur une masse de trois mille pékins, tu en trouveras toujours deux ou trois assez givrés pour dire « me touche pas tu me salies », même en sachant qu’ils s’expose à une amende.
    En fait, je ne pense pas qu’on déstabilise Alain Minc ou des technocrates dans son genre. En revanche, on est déçu par eux. Ce qu’ils racontent c’est toujours très convenu. C’est un savoir de seconde main, des notes de synthèses.

    J'aime

  8. Eric, Minc a traité Yann Arthus Bertrand de con tout simplement avant de sortir le pétainisme.
    En fait c’est drole : sarkozy est entouré de conservateur et petainistes. Avec Minc tout est tout de suite plus simple.

    J'aime

  9. La sarkozie en cette saison fait dans le compassionnel discriminant. Compartimenter, saucissonner, atomiser est la technique habituelle de la droite pour instaurer sa domination.

    tellement vrai…

    J'aime

  10. Oui, analyse objective, en tout cas sur le rapport de force. La question d’ouverture n’est d’ailleurs pas anodine. Le bonhomme est venu pour peser le poids de la blogosphère, il a du partir rassuré.

    Il n’en reste pas moins que les blogs demeurent un canal d’information sans emprise. Vos différents billets en sont la preuve la plus criante. Minc sait-il qu’il fut enregistré ? repris ? analysé ? critiqué ? Il s’en doute sûrement mais ce n’est pas un politique, ce n’est donc pas génant pour lui de ne pas avoir d’emprise directe sur la retransmission de ses propos…

    Sur le fond des questions, je crois qu’il aurait été pertinent de poser une question que j’ai pu développé en commentaire chez Olympe (Je ne vais pas troller TOUS les Lefts Blogs non plus…) Mais comme tu dis, avec le temps imparti, vous avez fait ce que vous avez pu.

    Le reste, c’est de la divergence d’opinions.

    Bravo (tu es une véritable pipelette je crois !)

    J'aime

  11. @Olympe
    Bien sûr de que c’est de moi.
    Qui peut croire que c’est de lui. Toi ?

    – Quand c’est lui, il y a des «  » en italique, ou : il dit, il fustige, il pense, etc…
    Sinon c’est mon debrief.

    J'aime

  12. Je viens de survoler ta note et j’y reviendrai probablement plus tard.
    Je voulais seulement dire que ce type est précédé d’une réputation d’honnêteté toute relative, intellectuelle mais pas seulement.
    Bref il semble être quelqu’un à qui on peut faire confiance comme à un coupeur de bourse…

    J'aime

  13. C’est qui les aigris ? Tu lui a posé la question !! La réponse est géniale. Toi, bobo bloggueur, ce que tu penses, c’est respectable. Les aigris, ça doit donc être les salariés de continental, de heuliez ou de caterpillar. A moins que ça ne soit les fonctionnaires…

    J'aime

  14. Alain Minc se répand toujours dans les journaux : une perle du 7 avril dans Direct soir :

    « … un formidable accord signé chez Renault renouant avec la tradition de progrès social dont cette entreprise se targue depuis des décennies. Un fonds a été créé, abondé par l’abandon de jours de RTT et de congés par les cadres et techniciens de façon à garantir le paiement à 100 % des journées de chômage partiel aux ouvriers. Qu’une catégorie sociale abandonne certains de ses acquis au profit d’une autre au sein de la même entreprise est sans précédent ! C’est manifester combien l’entreprise est, surtout en période de crise, un creuset collectif. C’est démontrer au monde extérieur la force de la solidarité entre salariés. C’est proclamer enfin que l’égoïsme n’est pas la seule règle de vie qui vaille. »

    Pour un cumulard de conseil d’administration, un défenseur acharné de l’ultralibéralisme qui n’a jamais rien entrepris et un homme à l’honnêteté douteuse : c’est le pompon !

    J'aime

  15. Il suffit que l’on parle du Minc et quoi qu’on en dise ça le fait mousser.

    Mais rappellez-lui que tels les millions de courtisans de l’Histoire de l’humanité, il ne laissera aucun nom, aucune trace, alors cet Important qui a sur ses carnets d’adresses tous les grands de la terre – du moins le croit-il – aura peut-être un instant de mortelle lucidité.

    Car enfin, ce que ne savent pas Minc et ses copains de droite et de gauche qui empoisonnent les médias parisiens, c’est que le patron  » était un homme qui n’écrivait pas, qui n’enseignait pas, du moins dans les chaires d’Etat, qui s’adressait à ceux qu’il rencontrait dans la rue, et qui eut tant de difficultés avec l’opinion et avec les pouvoirs »*… qu’il en mourut.

    Il faut se rappeler Socrate, le philosophe de l’ironie, de la liberté et de l’honneur de la Cité.

    Et il faut oublier, dès maintenant s’il vous plaît, ce farfadet du plus ignare des chefs d’état que France ait eu à supporter.

    * Merleau-Ponty (Eloge de la philosophie)

    J'aime

  16. Pingback: Le nouvel esprit de mai - Plutôt “piscine” que manifestation « Piratage(s)

  17. Pingback: Blogueur en campagne #2 – La stratégie « jeune  de F. Hollande | «Piratage(s)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s