Flat Tax

Avec N.Sarkozy c’est toujours le même manège. Derrière ses airs pragmatiques se cache un fichu idéologue. Derrière ses propositions « sociales » se terre (encore) un transfert de fonds du bas vers le haut de la pyramide sociale. Lors de son allocution de crise, il déclare débonnaire qu’il souhaite supprimer la première tranche de l’impôt sur le revenu. Mesure qui permettra un surcroit de pouvoir d’achat dit-on. C’est une très mauvaise bonne idée.
vL’impôt sur le revenu est l’impôt le plus équitable, car progressif. Plus il y a de tranches d’imposition, plus on structure l’effort de chaque foyer fiscal au financement des besoins nationaux tels que la santé, l’éducation, la sécurité. Par l’ablation successive de la progressivité, les gouvernements de droite (tacitement accompagnés par ceux de gauche) ont transformé l’impôt sur le revenu en quasi « flat tax ». C’est-à-dire un prélèvement égal quelques soient les revenus. Un rêve moite pour les ultralibéraux qui voient en cette mesure la quintessence de l’équité. Pourtant, la question importante n’est pas de savoir ce qu’il est versé dans la cassette du trésor public, mais ce qu’il reste après le versement. Les « pauvres » millionnaires gémissent sur le montant dont ils sont dépouillés par le fisc. Étant entendu que l’on ne s’étend jamais sur ce qu’il leur reste subséquemment.
L’inexorable évolution vers le taux unique (flat tax) commence en 1994 avec le gouvernement Balladur dont N.Sarkozy est ministre du Budget. Il réduit de 12 à 7 le nombre de tranches. Puis le gouvernement de D. de Villepin poursuit le mouvement, élaguant de 7 à 5. Durant la campagne présidentielle de 2007, F.Fillon promet 3 tranches. En en supprimant une demain, N.Sarkozy tient enfin une demi-promesse et se rapproche un peu plus de l’Éden individualiste.
Joignant toujours l’utile à l’agréable, le président Sarkozy n’oublie jamais, même symboliquement, de gratifier ses amis. En effet la suppression de la première tranche profitera pleinement à tous les contribuables plus aisés. Alors qu’elle n’affectera que partiellement ceux de la première tranche, c’est à dire les plus pauvres.
Ce n’est pas une réforme anodine, mais la poursuite d’une politique régressive et inégalitaire. Depuis quelques mois, le libéralisme et ses recettes ne sont plus en odeur de sainteté. Pourtant, c’est sous couvert de mesures dites sociales que l’on continue à en appliquer le dogme.

Article Paru dans Vendredi Hebdo n°16 du 13 février 2009

Vogelsong – 9 février 2009 – Paris

Publicités

6 réflexions sur “Flat Tax

  1. On peut le laisser faire…
    Après tout, l’impôt dit « per capita » qui permet à la famille défavorisée avec cinq enfants de payer plus d’impôts que le grand propriétaire terrien célibataire dans son château (la « poll tax »), cet impôt donc, à poussé madame Thatcher vers la sortei d’un magistral coup de pied dans le cul…

    Et il serait bon de ne pas oublier non plus que la « flat-tax » s’installe tout doucement depuis bien avant l’arrivée au ministère du budget de Nicoléon.
    La TVA, de progressif qu’il était à sa création en 1954 (avec des taux progressifs, de 2.1% à 33.33 % depuis les produits dits « de première nécessité » aux produits dits « de luxe », le seul produit vraiment français qui fut le plus grand succès à l’exportation jamais réalisé), est devenue « flat-tax », que dis, quasiment « poll tax » de fait malgré ses trois taux. La TVA, quel que soit son taux s’applique à tous, le « riche » payant « Le Figaro » avec une TVA de 2.1%, tout comme le « pauvre » achetant « L’Huma », de même ce dernier, paie ses chaussures André ou sa Logan avec une TVA de 19.6%, la même que celle qui frappera les Weston et la Bentley du premier…

    J'aime

  2. @ Vogelsong – Les beaux esprits se rencontrent, paraît-il ;-)

    @ le-goût-des-autres – Quand on voit le peu de réaction qu’a suscitée l’annonce de cette mesure, on peut douter que le nain-gesticulateur ait beaucoup de souci à se faire de ce côté, malheureusement.

    J'aime

  3. Moi je sais pas si la flat tax est si mauvaise. A la base, je suis 100% contre, considérant la progressivité de l’impôt comme condition sine qua non d’une meilleure répartition des richesses.
    Vu que l’assiette globale est identique, il est évident que la flat tax pénalise les bas revenus.
    Mais rien ne nous empêche d’instaurer une flat tax avec une première tranche progressive, et la deuxième, non progressive. Ok, ça n’est plus vraiment une flat tax.
    La flat tax a quand même qqs avantages, comme le fait qu’elle simplifie le code fiscal, et par conséquent fait économiser de l’argent à l’Etat sur le processus de recouvrement de l’impôt qui nécessite bcp de fonctionnaires.
    La flat tax te permet en théorie de supprimer toutes les niches fiscales et par conséquent d’augmenter les recettes d’un Etat.
    Elle protège de l’évasion fiscale… en théorie.

    Mais je suis d’accord avec toi, la manière dont Sarkozy réforme le code fiscal ne va que dans un seul sens.

    J'aime

  4. Salut Timothée,

    Je ne suis pas sûr de comprendre ce que tu proposes.

    Une imposition à 2 tranches ou une imposition progressive jusqu’à un certain point?

    Si c’est la 2ème solution, je te signale que c’est ce qui se passe en France.
    Au dessus de 67.546 euros de revenus, on est imposé à 40%, qu’on ait gagné 67.547€ ou 90 000 000 d’euros.

    Accessoirement, je ne vois pas le rapport entre la suppression des niches et la flat-tax. Les niches permettent précisément de créer un régime dérogatoire à la règle générale.

    Enfin, ce qui protège de l’évasion fiscale, c’est la lutte contre le paradis fiscaux.

    Mais nous sommes d’accord sur le fait que la réforme sarkozyenne est à sens unique.

    J'aime

  5. @Tim
    L’impôt progressif est le plus juste.
    Tout dépend de la société que tu veux construire.

    L’IR en France représente moins de 20% des recettes fiscales. (Presque)Tout le reste est du proportionnel linéaire (riche ou pauvre, même taux)
    Et compte tenu des niches fiscales, dans les hautes tranches, l’impôt n’est plus progressif mais régressif.

    Une simplification de l’IR, consisterai :

    1- Mettre en place 15 tranches
    2- Progressive et non marginale (Piketty)
    3- S’occuper sérieusement des niches fiscales
    4- Surtout expliquer à quoi sert l’impôt

    Piketty expose que le maquis fiscal est complexifié à dessein pour que seuls les initiés s’en tirent.

    Méfiez vous de la fausse modernité.

    J'aime

  6. vive la flat tax !les communistes en URSS l’ont retenus 13 P.C!
    Il faut cependant prevoir 2 chose l’allocation universelle et un seuil d’exoneration qui tienne compte du niveau de revenus et de la sructure familliale.Enfin la protection sociale devait etre fianncée par un impot progressif sur les individus et non les entreprises!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s