Ce n’est pas le froid qui tue, c’est la rue !

F.Fillon sort de sa torpeur en cette fin d’année 2008. Engourdi qu’il fut par le frimas hivernal, la marionnette de l’Élysée exige subitement qu’aucune demande d’hébergement pour les SDF ne soit refusée. Tout en commisération, ce gouvernement passé maître dans la gestion de l’émotion, en appelle à l’assistance envers les plus démunis « à l’occasion du réveillon ». Mesure ponctuelle, médiatique et dérisoire.

logo_lesenfantsdedonquichittecom-440x3911La bigote C.Boutin criaille d’émotion, des trémolos dans ses larmoiements en annonçant qu’il ne reste plus que la réquisition et l’embastillement forcé pour parer à la situation de misère des hommes errants dans la froidure des cités. « Parce qu’il n’y a pas d’autre solution ». On pourra être indulgent quant à la clairvoyance sur la situation. Le cynisme alors conduit à s’exprimer sur l’opportunité ou non de la contrainte à l’hébergement. On en fait des tonnes, tout le monde a son opinion. Politiciens, ministres, éditorialistes précepteurs de bonnes idées ont tous leurs réponses idoines sur ce sujet leurre. Le comédien dégingandé A.Legrand se déchaine devant un journaliste médusé lors d’un rare moment de grâce à télévision. Tout y est, pistes, questionnements, réflexions. Il remet au centre du débat ce qui doit être abordé et qui est méticuleusement et sournoisement passé sous silence. La rue, c’est la folie, la crasse, les animaux de compagnie refusés, l’alcool, la violence, la faim, la désocialisation complète, la vie hors marge. Mais pratiquement, au jour le jour, le problème reste entier, des gens « vivent » sur le macadam. Cet état de fait n’est pas dû à la fatalité, à un hiver spécialement rigoureux, ni même à une mauvaise récolte. C’est juste et seulement le résultat de choix politiques.
On se pinçait déjà lorsque L.Jospin piteux candidat en 2002 promettait zéro SDF en 4 quatre ans. Des promesses de gouvernant qui ne croyait pas en son programme Socialiste•. En 2007, le petit candidat gesticulant remit le couvert à ce propos. Des oscillations bien maîtrisées dans la voix, il promettait devant un parterre de notables encartés à l’UMP qu’il règlerait la question des sans-abri. Tonnerre d’applaudissements, on s’esbaudit. Un zéphyr de paroles, comme de tradition. La France a honte de se voir dans ce miroir défigurant. Il faut cacher la misère, l’éradiquer du quotidien ouaté de l’électeur « moyen ». Dans la démocratie d’opinion française, il est de bon ton de jeter de la « poudre aux yeux » du péquin qui, en cette circonstance pantagruélique, bâfre de l’huître d’Oléron, du foie gras du Gers et du chocolat Suisse les orteils douillettement rangés au chaud. De saison. Et il est bien là le problème.
Les clochards meurent aussi (et surtout) l’été. Ce n’est pas le froid qui tue, c’est la rue ! Selon le collectif « Les Morts De La Rue« , il y a autant de décès l’hiver que lors de la saison estivale. Infections, gangrène, hyperthermie (!), sous-nutrition, usure physiologique sont des fléaux qui ne connaissent pas les saisons. Il est d’ailleurs pénible qu’un hère prenant un bain de pisse au mois de mai au détour d’une station de métro ne mette le premier ministre F.Fillon ou une sous-ministre telle que la « gauchisante » F.Amara dans le même état d’hystérie empathique qu’aux moments des fêtes de fin d’année. Cela reste un mystère constant et impénétrable.
La France du travail est ressassée par les zélateurs du gouvernement UMP, en particulier par la « bouche de Sarkozy » F.Lefebvre. Toujours prompte à jeter l’anathème sur le partage, en particulier celui des emplois, la doxa impose la présomption de paresse à tous ceux qui n’ont pas d’activité laborieuse. Dans l’imaginaire distillé par la communication d’état, tout se mêle, pauvre, assistanat, mérite, travail, salaires, impôts. Un salmigondis idéologique qui permet tous les excès. Sentiment renforcé par la mise en place du revenu de solidarité active du sycophante M.Hirsch. On pourra toujours pleurer sur les gueux qui peuplent les boulevards. Mais ils symbolisent la punition vivante (et mourante), le stade terminal pour les citoyens qui pourraient se mettre en tête de relâcher un peu les efforts. Les villes de France se sont peuplées de piloris ambulants (100 000 selon des statistiques floues). Le meilleur contre exemple à tous ceux qui renâclent ou contestent. Qui pensent peut-être qu’autre chose est possible (reste à définir quoi, mais questionnent le sens). Plus démonstratif qu’une réclame sur le pouvoir d’achat°, plus convaincant que mille discours d’un candidat « sondagièrement » hégémonique : Si vous ne voulez pas être ça ! Travaillez et bouclez-la !

• Souligné par l’auteur

°Une somme rondelette de plus de 4 000 000 d’euros engagée par le propagandiste T.Saussez

Vogelsong – 2 janvier 2009 – Paris

Advertisements

9 réflexions sur “Ce n’est pas le froid qui tue, c’est la rue !

  1. Je ne sais trop quoi vous répondre ?

    Le sujet est très sensible. Le sentiment que tout le monde passe à côté.

    Merci pour vos commentaires,sauf pour ce vil Martin Prout, bouffeur de galette des rois !!!

    J'aime

  2. Excellent article, magnifique plume.

    Je ne sais pas qui est le plus à blâmer dans cette affaire ? Sarko pour ses promesses populistes ? Boutin pour ses réformes en trompe l’œil ? Ou les hommes politiques dans leur globalité pour n’avoir jamais pris le dossier à bras le corps.

    Dernièrement j’avais vu une émission de Taddei sur la question des sans abris. Un sociologue affirmait en substance que le regard du peuple envers les exclus avait dangereusement évolué. Il y a 30 ans, ils étaient perçus comme des gens envers lesquels on avait une dette. Aujourd’hui, on les considère comme des tire-au-flanc voir des assistés. C’est peut être ça le plus dramatique.

    J'aime

  3. Je l’ai lu, je l’ai relu et rerelu. C’est un excellent papier. En la débarassant de ses vieilles hardes miteuses et contaminées, tu fais honneur à la gauche. Tu nous fais entrevoir une gauche qui pourrait âtre de gauche.
    A mon avis, mais tu t’en doutes, tu vois juste et en même te trompes sur Les Enfants de DQ.
    Le truc qui te manque, AMHA again, ce n’est pas -contrairement à tous les autres qui ratiocinent sur les so-called SDF- la cpacité de voir le visible et de le dire sans détour (la crasse, la folie, l’alcool, la violence -tu aurais néanmoins être moins pudique et parler des viols dans la foulée, mais c’est un détail- tout ça est fort. Mais tu ne parle pas de ce qui est invisible, notamment de la lutte des classes… Et un de ces corollaires, l’incompatibilité totale entre compassion médiatisée et auto-organisation des prolétaires.
    J’y réflechis, et j’y reviendrais je pense sur Causeur, si toutefois je ne me noie pas en route. En tout cas, ce texte est une parfaite base de débat. Et ça, c’est bien
    Bises et bravos
    Marc

    J'aime

  4. (me pince)

    Nous en avons discuté

    (repince)

    Mais c’est un réél plaisir (narcissique) que de te lire ici Marc. Je prends évidement note de tes humbles avis.

    (note to myself, voir « il divo »)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s