Les génies et les voleurs

Un concept génial serait d’apprécier le poids des prélèvements en tenant compte des sommes reversées comme le suggère P.Larrouturou. Mais ce n’est (bien sûr) pas l’approche des margoulins qui dilapident un bien commun et vital : Les services publics, le patrimoine de ceux qui n’en ont pas.

 

Le ministre du déficit E. « Pipeline » Woerth explique doctement que les dépenses publiques sont trop importantes et peu efficaces. Il vend avec « pédagogie », les 166 mesures d’austérité pour éponger la bévue originelle du paquet fiscal (10-15 milliards d’euros). Jamais le mot « rigueur » n’est prononcé. C’est un terme banni des caïds de l’UMP. On est plutôt adepte de la « réforme », de la « modernisation », de la « liberté ». La cohérence et l’enchaînement des mesures sont limpides. Si certains pensent que le gouvernement tâtonne, improvise ; ils se trompent lourdement. La méthode fait ses preuves depuis le milieu des années 80. On assèche les ressources. Ensuite, ébahi, contrit mais résolu, l’élagage des financements s’engage sans résistance, car « on ne peut pas faire autrement » (TINA). Tout y passe, santé, éducation, transport, emploi. Contrairement à ce qu’affirment les zélateurs UMP, il ne s’agit pas de mesures « pragmatiques » ou de « bon sens », mais bien d’une approche idéologique d’orthodoxie néo-classique.

Nous le savons, les crises qui s’annoncent n’épargneront pas l’Europe. Pour les surmonter, nos gouvernants, au lieu de pérenniser les secteurs cruciaux qui font le tissu et le lien social, sacrifient à l’encan ce qui sera nos dernières richesses communes, nos derniers points de replis. C’est suicidaire.

 

Saturation des défenses :

La liquidation des services publics ne date pas d’aujourd’hui, mais durant le mois d’avril 2008 a lieu un épisode frénétique et révélateur des objectifs de n.sarkozy. En effet, pendant quinze jours, les membres du gouvernement « thermomètres » à la main, multiplient les déclarations sur des coupes sombres dans les budgets sociaux. Christophe Barbier et ses camarades gribouilleront des tonnes de papiers sur les couacs, ratages, les bisbilles au sein de l’exécutif. L’essentiel est ailleurs. La tactique est simple, éculée : Tester l’opinion, la résoudre.

C’est une séquence sans précédent, le lundi déremboursement de l’optique, le mardi la carte famille nombreuse, le mercredi réductions des effectifs de professeurs, jeudi les allocations de rentrée scolaire, fermetures d’hôpitaux. Chaque jour accouche d’un démenti des affirmations du jour précédent. Les critiques s’organisent mais dès que l’on tient la faille, une cause d’iniquité flagrante ou d’un sujet de discussion de fond, une nouvelle mesure est annoncée. Elle balaye l’ancienne, les professionnels de l’optique passent la main, on parle des familles, de la SNCF, puis vient le tour des fainéants professeurs. Amarrée à ce brouhaha, il y a les mesures phares, l’équarrissage du service hospitalier et des personnels d’éducation (accompagné d’un service dit « minimum » de garderie), qui ne seront pas démentie. En termes militaires, on sature les défenses pour passer. Et jusqu’à présent ça passe.

 

Les économies

« Cela coûte trop cher, il faut faire des économies ». Cette inlassable antienne sur « la dette laissée à nos enfants » devrait être fiscalisée chaque fois qu’un politicien ou un éditorialiste* aux ordres l’énonce. Elle permettrait à brève échéance de renflouer les caisses de retraites. La vérité est différente. Si nous évaluons les actifs de l’état français**, nous laisserions, non pas des dettes, mais un capital de plus de 10 000 euros à chacun de nos enfants.

Cas d’école : « Il y a trop de professeurs ! (Oui, (mon bon) monsieur !) » La moyenne en France s’établit à 11,9 élèves par classe selon le très élastique J.C.Lagarde. Il reprend vaillamment les allégations du ministre X.Darcos. Pas une seconde, il ne se pose la question de savoir si ce qu’il dit n’est pas une colossale ânerie. Pour cela répétons la phrase lentement et plusieurs fois si nécessaire : « En France, aujourd’hui, y a-t-il 12 élèves par classe ? » On exhume deux chiffres, on divise, on oublie la réalité, on fait des économies. Est-ce bien sérieux ?

Un service public pour l’UMP c’est un service rentable mais pas utile. Ce qui fait foi, c’est la gestion des coûts, jamais le financement.

Sur le plan sanitaire, la fermeture d’hôpitaux répond à une logique essentiellement organisationnelle, telles qu’elles se pratiquent chez les professionnels de la logistique. La même logique est appliquée à la justice pour la nouvelle carte judiciaire. On regroupe les entrepôts, on baisse les coûts de stockage et de maintenance. Les grands perdants de cette histoire sont les citoyens malades. Concernant les soins, prétendre les responsabiliser avec les franchises médicales est une inanité, on ne décide jamais de la maladie que l’on va avoir, ni du moment où elle frappera.

Un service public doit être accessible, fournir des prestations de qualité pour toute la population sans aucune discrimination. Ces principes simples sont oblitérés par les jocrisses de l’UMP.

Ces « décideurs » scolarisent certainement leurs enfants chez les jésuites, ou ôtent leurs polypes à l’hôpital américain de Neuilly. Une certaine logique donc.

 

Perspectives

P.Larrouturou développe l’idée de prélèvements nets dans un article très peu utilisé par les animaux du Parti Socialiste. C’est un concept simple que tout « libéral », même E. »pipeline » Woerth, pourra comprendre : Ces prélèvements nets sont le volume de l’impôt et des cotisations sociales versées mais diminuées des prestations sociales reçues. En d’autres termes on réintègre les services collectifs rendus par les prélèvements. En 2004, les prélèvements nets de la France étaient de 14%, de 18% pour l’Allemagne et de 11% pour les USA (source OCDE/Urgence sociale). Aujourd’hui, aux USA, 47 millions de personnes qui n’ont aucune couverture maladie. Des ONG sillonnent le pays pour soigner les démunis dans des gymnases combles. Ce n’est pas (encore) le cas de la France et de l’Allemagne. Mais à ce rythme ?

Il serait normal pour les opposants constructifs (par exemple le PS) de relativiser les chiffres « pharaoniques » du trésorier de l’UMP afin d’éviter l’irréparable. Il ne parle que du poids « énorme » des prélèvements sans évoquer leurs contributions. C’est un comportement fictionnel, qui ne rend pas compte de la réalité.

 

Gouverner c’est prévoir (?)

Beaucoup d’économistes (quelle que soit leurs sensibilités) pensent que nous entrons dans une période de récession et de crises sans précédent. Le mélange est détonnant : Folie financière non sanctionnée, dilapidation inconséquente des ressources, crise démographique et (donc ?) alimentaire. Pour faire face à ces périodes incertaines, en France, grâce aux doctrinaires de L’UMP, nous aurons, après les contre-réformes de l’ère sarkozy, stérilisé les secteurs communs de la santé et de l’éducation. Et livré « au chacun pour soi » les aspects fondamentaux de ce qui fait une société. A l’heure où les pansus pourront maigrir, qu’arrivera t-il au plus exposés ?


*C’est devenu le sport favori du sarkoziste J.M.Apathie

** Dont la fiabilité est notée AAA par les institutions financières internationales

 

vogelsong – Paris – 20 Mai 2008

Advertisements

5 réflexions sur “Les génies et les voleurs

  1. Limpide Vogelsong.

    « Mais ce n’est (bien sur) pas l’approche des margoulins qui dilapident un bien commun et vital : Les services publics, le patrimoine de ceux qui n’en ont pas. » Très bien dit ! Que ne s’en rend-elle compte cette frange populaire qui a voté pour ça, donc contre elle-même !

    Et dire que les anglo-saxon nous envient nos services publics ! Ce qui fait encore de la France un des premiers pays où les étrangers investissent…

    Le pire étant que même dans une logique néo-libérale Sarko a deux trains de retards. Il est vrai que les séries TV US sont diffusées avec un ou deux ans de retard en France.

    J'aime

  2. jon : le pire c’est que les ambassades FR vendent les services publics efficaces dans leur package de promotion de la France à l’étranger. Tout ça montre la schyzophrénie du néo-con nain. Et comme il est parano en plus, ses chances de péter en vol n’en sont que supérieures.

    J'aime

  3. Pingback: Tentative d’analyse comparative des contributions socialistes : 1. Le billet - le pavé

  4. Pingback: Positions & Actions du Gouvernement | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s