X.Bertrand, condescendance vulgaire et non-sens

Nous sommes des idiots. C’est évident. A en juger par le ton employé par le Ministre du travail X.Bertrand, nous ne sommes qu’une bande de nigauds. Ils sont plusieurs à l’UMP à s’adresser aux citoyens comme s’ils étaient débiles ; on peut citer, L.Chatel, R.Karoutchi, F.Lefebvre, F.Copé… Ce ton, c’est celui du « pédago-crétin », celui que l’on utilise pour signifier à l’autre qu’il est ignare, que le locuteur sait, et qu’il va s’occuper de tout.

 

Et il s’occupe de tout, X.Bertrand. En particulier de la durée hebdomadaire du travail. Durant la matinale de France Inter, le journaliste N.Demorand, pas réputé pour sa pugnacité*, a réitéré de nombreuses fois la même simple question sur la durée du temps de travail, le seuil de déclenchement des heures supplémentaires. Le ministre du labeur, c’est la langue de chêne massif. Il nous annonce tout douillettement avec ce ton que l’on sert à des enfants inattentifs, que la durée légale du travail est 35 heures, et pour permettre aux salariés de choisir, il assouplira cette durée légale. Vertigineux. Du même tonneau, un journaliste lui rétorque que la limite européenne est établie à 48 heures hebdomadaires et sera de fait le nouveau plafond. Il répond placidement que la France « c’est 35 heures » mais qu’il faut assouplir, donner plus de liberté en permettant à chaque entreprise de négocier la durée hebdomadaire du travail. La bande, inexorable, tourne en boucle.

Pendant trente minutes, il nous servira son empathie crasse derrière laquelle on voit clairement poindre le « training-com », ces techniques utiles pour vendre des cuisines, des balais à chiottes mais aussi la contre-réforme sociale. 

Il se permet dans la même démonstration mielleuse, d’énoncer le fait que les 35 heures touchent moins de la moitié des salariés, mais en même temps l’immense catastrophe qu’elles représentent pour la croissance française**. Il est d’une urgente nécessité de les assouplir sous peine de mort économique. Devant quelques questions précises de journalistes et d’auditeurs, X.Bertrand émet des sons qui rappellent étrangement une berceuse mais qui n’ont absolument aucun sens pour le citoyen.

vogelsong – Paris- 10 juin 2008

 

 

*Il laissa n.sarkosy le 5 mai 2007 affirmer que mai 68 ne fut pas un mouvement de travailleurs, sans jamais lui rappeler qu’il y eut 10 millions de grévistes

**Les statistiques européennes (OCDE) montrent que les français ne travaillent pas moins que les autres

Publicités

5 réflexions sur “X.Bertrand, condescendance vulgaire et non-sens

  1. Il faut descendre politiquement ce type !
    C’est un nuisible qui tire l’intelligence politique vers le bas.
    (Comme Wauquiez d’ailleurs :)

    (Tiens, en passant votre blog est très sobre et beau !)

    J'aime

  2. Pingback: Les vertus du dialogue social… quand il n’a pas lieu ! - version Xavier Bertrand - blog Social et Sociétal

  3. Pingback: (Republication) Être chômeur, l’anathème de L.Wauquiez « Piratage(s)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s